Le vol des cigognes de Jean-Christophe Grangé

" Les hommes me lancèrent un regard morne. L'un d'eux passa derrière un bureau et posa les questions usuelles : nom, prénom, date de naissance, situation familiale... Il voulut ensuite prendre mes empreintes digitales. Par pure provocation, je dressai devant lui mais paumes rosâtres, lisses et anonymes. "
(P326)




L'auteur


Jean-Christophe Grangé est né en 1961 en France.
Journaliste, il a fait des études de lettres (à la Sorbonne).
Il obtient son premier « grand » succès avec les Rivières Pourpres en 1998 (son premier livre étant Le vol des Cigognes)



Résumé officiel

L'ornithologue Böhm, qui étudie la migration des cigognes, a constaté que de nombreux couples ne reviennent jamais d'Afrique. Qui les fait disparaître ? Chargé de l'enquête, Louis Antioche rend visite à Böhm mais celui-ci est mort d'un infarctus. L'autopsie révèle que le vieil homme avait subi une transplantation cardiaque à l'époque où ce type d'opération était rare, d'autant que Böhm résidait en Afrique comme conseiller de Bokassa. Poursuivant ses investigations, Louis part en Bulgarie à la recherche de Rajko, un Tzigane pisteur de cigognes. Trop tard :celui-ci a été tué et on a prélevé son coeur. Ayant appris que des médecins de l'association humanitaire "Monde unique" - à qui Böhm a légué sa fortune - se trouvaient sur les lieux lors de sa mort, Louis poursuit son dangereux périple, de mystérieux tueurs à ses trousses...
 
La série TV

Une série est en cours de tournage (Deux épisodes), avec une programmation prévue sur Canal Plus au printemps 2012. Réalisée par Jan Kounen avec Harry Treadaway, Rutger Hauer... (quelques images)



L'histoire


Louis Antioche est un "gosse de riche", désœuvré. Il a passé ses dernières années à écrire une thèse inutile, et se retrouve à l'orée de ses 32 ans face à la réalité : que faire de ses dix doigts...Enfin, de ses appendices meurtris au bout de ses mains. Louis est un miraculé de la vie, si l'on peut dire. Ses vrai parents ont disparu dans un accident, lorsqu'il avait six ans. il en a gardé des séquelles psychologiques, qu'il camoufle sous des airs de ne toucher à rien, de n'être touché par rien, et des stigmates physiques.

Lorsqu'un Ornithologue passionné lui propose de partir en quête de cigognes disparues lors de leur migration, il accepte. Il n'a rien de mieux à faire ! Autant gagner du fric aisément, en se baladant en orient...

Sauf que la balade va rapidement devenir une course contre la mort ! Le chemin a parcourir est semé de cadavres, atrocement mutilés, et les cigognes s'avèrent être des drôles de convoyeuses. Leur disparition n'est pas due au pur hasard et Louis va comprendre peu à peu que l'ornithologue passionné est en fait un véritable comploteur, mêlé à de sombres affaires.

L'histoire est rocambolesque. Le personnage de Louis n'est pas vraiment attachant, il est froid, intelligent, même si je l'ai trouvé un peu lent à comprendre parfois. Car l'intrigue est cousue de fils blancs ! c'est prévisible du début à la fin... comme un itinéraire fléché... en pointillé sur une carte. Louis fonce tête baissé dans cette histoire et enfonce des portes déjà ouvertes. Il se fustige lui-même lorsqu'il comprend enfin que les autres fond des ravages dans les clairière parce qu'ils ont un hélicoptère ! C'est sûr, c'était franchement difficile à deviner... je suis dure, mais l'innocence, ou la candeur, comme vous voulez du personnage m'a fait blêmir.

Bref, vous l'aurez compris, les deux intrigues ne m'ont pas satisfaite, je les ai trouvé trop évidentes, trop facile, ayant deviné assez rapidement qui était qui !

Le style


La narration est intérieure, et nous suivons Louis. L'auteur a chois pour son premier roman d'entre dans la tête de son personnage, de nous faire vivre, si possible son ressenti. Cela n'a pas fonctionné sur moi, puisque j'ai trouvé Louis particulièrement pénible. Excusable ? son passé n'explique pas tout, se sa façon d'être détaché des évènements, jusqu’au moment où ils le percutent m'a lassé. Je ne suis pas sûre qu'une narration extérieure aurait apporté plus, toutefois, nous aurions eu les points de vues des autres personnages, ce qui aurait parfois était plus sympathique.

Les descriptions sont le point fort de J-C Grangé. Il nous donne à voir, si je puis me permettre, même si dans certaines scènes, cela m'a dérangé, car c'est justement trop visuel... macabre, et sanglant. Toutefois, il faut reconnaître que ces descriptions sont "superbes" que ce soit pour les personnages que l'on imagine aisément, pour les lieux tracés en quelques mots justes, ou pour les actions qui semblent réelles.

Les personnages sont aussi très "bons". Les méchants sont de vrais pourritures que l'on n'aimerait pas croiser ! il y a peu de manichéisme (j'ai bien aimé que l'auteur utilise ce mot !) même si le héros s'en sort 'vivant'... j’émettrais un bémol, justement sur le héros. Dés le début il est décrit comme un homme relativement placide, pas très entraîné physiquement, mais nous le suivons dans un véritable parcours du combattant, digne es super héros musclé (et en tutu) duquel il se sort avec des blessures pour lesquelles il dit presque "même pas mal" (toute ressemblance avec un héros super musclé est volontaire ^^). C'est dommage.

Le temps est relativement court, mais l'auteur fait appel à de nombreux retours en arrière et des documents rapportés : comptes rendus, textes journalistiques... cela donne du souffle au livre.

Trois mots


Voici une nouvelle rubrique que je vais tenter de conserver sur mes articles... Trois mots pour ce livre et trois contre.

Trois mots pour : Intrigues mêlées, recherches sur certains sujets (chut), style de l'auteur.

Trois mots contre : Violence de certaines scènes, naïveté du personnage principal, voyages à outrance.


Au final 




Un avis mitigé pour un livre que j'ai terminé par conviction plus que par passion...


Lu dans le cadre de l'ABC Challenge 2012. 6° lecture. 

6 commentaires :

Frankie a dit…

C'est le premier livre de cet auteur que j'ai lu, il y a bien longtemps et j'avais bien accroché à cette histoire assez gore. Dans mon souvenir, la fin m'avait assez déçue (trop rapide ? trop grand-guignol ?) mais c'est un des Grangé que je préfère (avec Les rivières pourpres).

BlackWolf a dit…

C'est le premier livre que j'ai lu de l'auteur et je dois bien avouer que pour moi il fait parti des meilleurs de Grangé. Dommage que tu n'ai accrochée que moyennement.

DANIELLE G a dit…

C'est l'un de mes préférés de cet auteur. Certes, la violence est omniprésente mais l'intrigue est fort bien trouvée et le dépaysement au rendez-vous. Je recommande.

nanet a dit…

C'est un superbe livre que je suis contente d'avoir lu ! j'aime beaucoup cet auteur, je continue la découverte, avec un livre mini par an...

nanet a dit…

Un très bon livre ! je pense découvrir un autre livre de lui peut-être d'ici la fin d'année ?

nanet a dit…

J'ai préféré d'autres écrits, mais cela reste un bon livre ! Biz

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)