Si par une nuit d'hiver un voyageur de Italo Calvino

" Le livre que tu apportes sur ton lieu de travail comme une espèce d'amulette ou de talisman, t'expose à des tentations intermittentes, à soustraire quelques secondes chaque fois à l'objet premier de ton attention, que ce soit une perforatrice de fiches, les fourneaux d'une cuisine, les leviers de commande d'un bulldozer, ou un malade étendu, les tripes à l'air sur une table d'opération."
(P12)



L'auteur


Italo Calvino est né à Cuba en 1923 et est décédé en Italie en 1985. 
Philosophe, il est aussi théoricien de la littérature et un fabuliste plein d'humour. Membre de l'OuLiPo (L'Ouvroir de littérature potentielle)il exploite la veine fantastique en mêlant le cadre de la fable et l'allégorique
Parallèlement à l'écriture littéraire, Italo Calvino a collaboré à divers scénarios pour le cinéma.


Résumé officiel


Vous, lecteur, vous, lectrice, vous êtes le principal personnage de ce roman, et réjouissez-vous : c'est non seulement un des plus brillants mais aussi un des plus humoristiques qui aient été écrits dans ce quart de siècle.
Vous allez vous retrouver dans ce petit monde de libraires, de professeurs, de traducteurs, de censeurs et d'ordinateurs qui s'agitent autour d'un livre. Vous allez surtout vous engager dans des aventures qui vous conduiront chaque fois au point où vous ne pourrez plus retenir votre envie d'en savoir davantage, et là, ce sera à vous de continuer, d'inventer. Bon voyage.


Le petit plus

Ce livre a fait l'objet d'une étude passionnante : « Si par une nuit d’hiver un voyageur  : quand la fiction dépasse la fiction » par Syndi Langlois. En voici le lien

L'histoire

L'histoire, si tant est que nous puissions parler d'une histoire, se décompose en plusieurs chapitres, eux-même scindés en deux parties distinctes : l'aventure de notre Héros et un extrait de livre.

Dès le début, nous plongeons dans un texte bizarre, ou l'auteur nous parle directement. J'ai cru qu'il s'agissait d'un prologue ! mais non, c'est bel et bien le début du livre, le premier chapitre. "Tu vas commencer le nouveau roman d'Italo Calvino, Si par une nuit d'hiver un voyageur."(première phrase). L'auteur nous parle pendant plusieurs pages, des livres, des rapports du lecteurs avec ceux-ci... l'extrait que je vous ai mis en haut d'article en fait partie et m'a fait sourire.

L'aventure, puisque ce bouquin est aussi un livre d'aventure, est de retrouver les livres entamés et qui n'ont pu être terminé pour diverses raisons. L'auteur élabore des tas de raisons... et par ce biais nous présente le monde général des livres : problème d'édition, problème d'auteur, problème de droits... et bien d'autres que je ne citerai pas.

Un des chapitres est le journal d'un auteur prolifique qui se met à douter et est dans une sorte de crise de non écriture.. c'est sûrement une des parties du livre les plus fantasque (d'où le classement en fantastique) avec l'apparition d'Ovni, d'hommes en quête de relation extraterrestre... et d'une machine capable d'écrire à l'identique de n'importe quel auteur à condition de lui avoir fait avalé les livres de ce dernier.

Mon avis

Il y a quelques temps, ce livre est entré dans un de mes challenges, estampillé en lecture fantastique. J'avoue que je suis très septique. Pour moi, la littérature fantastique s'apparente plus à des livres de Poe, de Balzac (Peau de chagrin) ou encore Maupassant. Si l'un d'entre vous pouvait m'expliquer ce point ? Car effectivement ce qui arrive au héros est assez fantasque, pour ne pas dire improbable, irréel... l’auteur a un peu déliré en écrivant, et son livre est une aventure cocasse, drôle pourtant parsemée d'une analyse sur la littérature fort enrichissante.

Ce livre a eu le mérite de me faire sourire, de m'emporter dans de belles narrations, mais aussi de me faire réfléchir sur moi-même en tant que Lectrice. Je ne m'attendais vraiment pas à ce que j'ai lu... et en cela c'est déjà une réussite.

En fait, je me suis souvent reconnue au fil des pages de ce livre. Il parle de lecteurs et de lectrices, il était donc assez facile de se sentir concerné. Mais au delà de cette évidence, les exemples donnés m'ont fait frémir de vérité. Mais c'est le but de ce livre, puisque nous sommes tous en quelque sorte les héros. Le livre nous est adressé, et les scènes que nous suivons sont ce que nous pourrions, devrions vivre...
Quand aux extraits de livres, il sont les premiers chapitres de livres que le héros ne peut jamais terminer. On peut y voir des exercices de style, puisque chacun utilise un type de narration différent. Certains m'ont plus touché que d'autres et l'un d'eux m'a beaucoup gêné (Sur le tapis de feuilles éclairées par la lune) mais dans l'ensemble ces extraits censés êtres les lectures du héros du livre (vous et moi).

Bref, ce livre m'a dérouté par de nombreux points mais je n'ai pas pu le poser tant j'étais envoûtée, prise par le jeu de l'auteur, tant je voulais savoir où il m’entraînait, tant il était imprévisible...

La narration alterne entre la première personne dans les extraits de livre, et la seconde, puisque l'auteur s'adresse à son lecteur/héros.   On ne peut pas parler d'un style, puisque Italo Calvino a essayé plusieurs style au long du livre, dans les extraits. Du coup, il a joué sur les descriptions, parfois longues, parfois courtes. Il a joué sur les mots, les néologismes étant toutefois peut présents, il a utilisé à peu près toutes les autres formes stylistiques, donnant à chaque extrait de livre une forme, un phrasé différent. C'est assez particulier, c'est une oeuvre originale et complexe mais qui se lit aisément. Pourtant, j'avoue avoir un peu saturé au bout d'un moment, à cause de tous ces changements, ces rebonds...

Les personnages ! que dire... dans les extraits, nous rencontrons à chaque fois un nouveau personnage, un nouveau lieu, des situations diverses... quand au héros, son aventure le rend immatériel. Les filles sont des personnages utilisées par l'auteur pour expliciter ses points de vues, l'auteur cité dans le livre aussi... aucun n'a de réelle matérialité, d'existence. Ils ne sont que des prétextes pour interagir avec notre héros. Bref, ils ne sont pas vraiment attachants, et c'est là un des buts de l'auteur.

Le temps est une variable omise. L'auteur surfe sur les évènements, donne peu de repères. On sait que l'on avance, mais finalement, sur combien de temps se déroule l'aventure ? cela n'a que peu d'importance...

Trois mots

Trois mots pour : richesse (des styles utilisés), appropriation,  envoûtement.

Trois mots contre : sensation de se perdre, manque de cohérence, longueurs.


Au final 

Une drôle de découverte... vraiment intéressante pour tous les apports sur la littérature, les livres, mais franchement déroutant.Quelques passages m'ont parus moins bons, un peu lassants.

Lu dans le cadres des challenges ABC de l'imaginaire et SFFF.

9 commentaires :

  1. Ça fait plusieurs fois que je me pose un question sur tes chroniques : pourquoi opérer deux parties distinctes histoire/style autrement dit fond/forme? Je trouve que cette séparation n'est pas du tout pertinente lorsqu'on sait que le texte de base est ce que l'on pourrait appeler une forme-sens : on ne peut pas dissocier les deux sans commettre des impairs plus ou moins gênants. La forme sert le fond.
    Du coup dans ta critique tu te gênes toi-même avec ces deux parties : tu parles d'exercices de style dans la partie histoire, de personnages dans la partie style.. etc. C'est quand même dommage parce que cela donne l'impression que tu patauges un peu dans ton analyse et finalement ton propos est desservi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai crée cette forme d'articles il y a plus de deux ans, et elle me convenait très bien. Mais c'est vrai qu'elle me bloque sur les livres présentant un style particulier. Je pense que peu à peu elle tendra à disparaître. Elle m'a en tout cas permis de construire ce blog, de faire des chroniques où je disais enfin ce que j'avais à dire. Je me laisse porter par les livres et n'ayant pas effectué d'études littéraire, je préfère me baser sur un cadre. Sauf qu'avec le temps, mes chroniques deviennent plus faciles et je pourrais sûrement réintégrer ces éléments dans le texte global ? A voir.
      Quand à patauger dans l'analyse, c'est une évidence sur ce genre de bouquins. C'est plus facile avec des livres plus simples ^^
      Biz

      (et en plus je viens de trouver comment "répondre" aux commentaires... pas belle la vie? )

      Supprimer
    2. Oui moi aussi j'ai découvert la fonction répondre il n'y a pas très longtemps ^^. Pour te répondre donc je me faisais cette remarque concernant ton blog parce que tu as des aisances d'écriture et d'analyse : tu structures tes remarques etc. Ainsi les deux parties fond/forme te forcent à adapter ta structure logique naturelle qui pourtant sonne juste.

      Supprimer
    3. Tu sais quoi, je n'ai pas le temps ce matin, je pars au boulot dans 30 minutes, mais je reprendrai cet article dans une version globle, et je te l'enverrai par mp sur L@. On verra qsi on peut en faire qq chose de correct.

      Merci de ton avis, j'aime les com' constructifs !

      On se voit mardi ?

      Supprimer
    4. Ok mais c'est déjà très correct comme article tu n'es pas obligée de tout reprendre!
      Sinon je serais au club mardi ^^

      Bises

      Supprimer
    5. Et bien, je ne l'ai pas réécrit, mais j'ai modifié la trame. En fait, j'ai procédé ainsi pour l'article que je suis entrain d'écrire... on verra si je me sens mieux avec cette nouvelle "forme".

      Et puis, j'avais mis en place il y a quelques articles un nouvel item : "trois mots" (lié aux mots de nanet). Je vais tenter de l'améliorer au fil des articles.

      Merci beaucoup pour ton "aide" qui m'a surtout permis de passe le cap, d'oser le changement.

      Supprimer
  2. Sans ta chronique, je n'aurais probablement pas eu envie de lire ce livre et d'ailleurs, j'ai vu qu'il est à la 2e personne et depuis que j'ai lu Le livre des voyages de Werber, j'essaie d'en trouver d'autre comme ça ;D

    Merci pour la découverte, reste plus qu'à croiser les doigts pour qu'il soit à la biblio' !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu ne le trouves pas, je peux te l'envoyer. Biz, nanet

      Supprimer
  3. J'ai lu ce livre et j'ai à peu près le même avis que toi. Par contre, je ne savais pas que ce livre était classé dans le Fantastique ... Je n'ai rien vu de ce genre dedans, à part le fait que ça devienne complètement incohérent !
    Bonnes lectures !

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)