Tout est sous contrôle de Hugh Laurie

" Vous savez ce que c'est, quand vous êtes entraîné par le courant. En temps normal, le cerveau transmet les mots à la bouche et, quelque part en chemin, vous prenez une seconde pour vérifier que ce sont bien ceux que vous vouliez, qu'ils sont joliment emballés, puis vous les rassemblez dans le palais, direction l'air libre. 
Mais quand on est entraîné par le courant, la fonction vérification interne est parfois défaillante. "
(P47)



L'auteur

James Hugh Calum Laurie est né en Angleterre en 1959


Comédien, scénariste, réalisateur, compositeur, producteur et écrivain , il est surtout connu pour son interprétation du personnage Dr House

Résumé officiel


On peut avoir un caractère de chien, un sens de la répartie assassin, mais rester, même malgré soi, un mec bien. Hugh Laurie, formidable interprète du Dr. House, a largement su le prouver sur le petit écran, il récidive avec ce thriller palpitant dont le héros, Thomas Lang est un ancien militaire d'élite qui, hormis sa Kawasaki ZZR1100, n'a pas grand chose à perdre. Aussi, lorsqu'on lui propose 100 000 dollars pour tuer Mr. Woolf, un riche homme d'affaire londonien, Thomas ne se contente pas de refuser poliment, mais pousse l'indécence jusqu'à essayer de prévenir la future victime du complot qui se trame contre lui. Une bonne intention ? L'enfer en est pavé. On retrouve dans ce thriller aussi prenant qu'un livre de Robert Ludlum, aussi décapant qu'un épisode de Dr. House, le mauvais esprit salvateur de Hugh Laurie, au service d'une intrigue passionnante et d'un personnage qu'on n'oubliera pas de sitôt. 


L'histoire

Ce livre ayant été écrit avant que la série de Dr House ne soit diffusée (et même tournée) le personnage créé par Hugh Laurie n'est donc pas adapté de son interprétation. Mais le contraire pourrait être évoqué ! car nous retrouvons là les même schèmes, les même type de réactions et un peu de cet humour anglais que j'affectionne.

Ainsi donc, dès les premières pages, nous entrons dans le vifs de la bagarre et rencontrons un type sarcastique, bourré d'un humour noir autant que des coups de son agresseur... C'est amusant car on entre aisément dans l'histoire et on sait que cet homme qui nous raconte son histoire va nous amuser par ses bons mots, ses pensées divinement décalées...

Sauf que cela ne suffit pas à faire un bon livre.

Et de page en page, de bons mots en blagues parfois moins drôles, l'intrigue s’effiloche et s'essouffle. Le personnage suit ses propres idées et ment, jongle avec cet humour qui devient lourd, et les situations rocambolesque qu'il maîtrise mais qu'il ne nous raconte que par petits bouts, sans vraiment nous dévoiler les tenants et les aboutissants. A ne pas en dire suffisamment, nous perdons le fil, et l'intérêt s'en ressent... les pensées de cet homme finissent par être redondantes, et ses changements d'identités soûlants.

Il y a pourtant une trame, qui peut se retrouver avec un peu de recul. En tentant de faire mon propre résumé, pour cet article, j'ai revu les étapes de l'histoire, nettement, de surcroît. Sauf qu'au fil de la lecture, elle semblait décousue cette histoire...

Nous avons un homme, riche et père d'une fille adorablement snob en plus d'être jolie, qui tente de mettre un terme à une affaire d'armement. De grosses sommes d'argent sont en jeu, et que cet homme soit prit de moralité, de bons sentiments ne plaît donc pas ! notre héros se retrouve mêlé à cette histoire de façon un peu bizarre :  on lui a proposé de tuer le gentil... ce qu'il a refusé, avant de savoir que c'était le gentil, juste par principe, car, ce que j'ai oublié de mentionner, c'est que notre héros, outre d'avoir de l'humour, a aussi un sens moral : il est bon. Pas bon au sens qu'il en ferait pas de mal à une mouche... non, bon au point de ne pas tuer son prochain !

Et c'est là un des points qui m'a perturbé dans le livre, car ce personnage va se retrouver sur une piste de ski (cherchez pas... ) avec une sorte de carabine en kit à viser sur une homme politique...

C'est expliqué, plus tard. On comprend, après. On saisit les évènements dans leur ensemble. Mais j'avoue que j'ai bien failli poser le bouquin à ce moment là en me disant que c'était trop incohérent, trop décousu. J'ai même douté avoir décalé sans m'en rendre compte mon marque page et sauté, donc une information capitale.

Bref, un personnage principal bien pensé, caustique a souhait mais insuffisant pour tenir à bout de bons mots cette histoire de magouille politico-militaire.

Le style

La narration est intérieure, et nous sommes dans les pensées de Lang. C'est drôle, souvent, avec comme je l'ai évoqué un peu plus haut quelques réparties brillantes, des jeux de mots savoureux et bien servit par une traduction efficace.

Il est rare que j'évoque les traducteurs, car d'une édition à une autre, ils changent, mais ici, je dois saluer le travail de Jean-Luc Piningre qui a su rendre cet humour particulier de nos voisins d’outre-manche...

Les descriptions sont simples et toujours accompagnées de comparaisons assez amusantes. C'est décalé. C'est gai. Cela devient par contre un peu lourd à force. Fort heureusement de nombreux dialogues efficaces et souvent croustillants, agrémentés de petites pensées du personnages viennent émailler le texte, et l’alléger.

Les personnages sont assez intéressant, même si certains sont très caricaturaux, mais c'est là un fait voulu par l'auteur, notamment pour les gardes américains...

Je en reviens pas sur le personnage principal, je m'attarderai un instant sur David Solomon (faut-il y voir une allusion au réalisateur ?) personnage typique, vêtu tout au long de l'histoire d'un imperméable marron, artifice des agent anglais... et pratiquant à son tour une sorte d'humour décalé. J'aurais aimé en apprendre plus sur lui, cet ami qui pourtant n'hésite pas un instant à mettre Thomas Lang dans la panade.

Le temps est incertain et peu marqué. L'histoire semble se dérouler sur plusieurs mois, bien que de rare éléments permettent de vraiment si situer. L'auteur navigue entre souvenir et narration, avance dans l'histoire puis éclaire un évènement antérieur... Bref, cela ajoute à la sensation d'incohérence.

Trois mots 

Trois mots pour : Humour, traduction, dialogues efficaces.

Trois mots contre : manque d'intérêt général, longueurs, incohérences liées à la structure du texte.

Au final 


Pas mal... équivalent à une note maximale de 4/10, si je devais noter de cette façon, car je me suis ennuyée une bonne partie du livre, passé le plaisir des premières pages et de la découverte du personnage. 

11 commentaires :

BlackWolf a dit…

J'avoue avoir toujours hésité a me lancer dans la lecture de ce livre car les avis sont tellement mitigés. Peut être si je le trouve en occasion. (par contre 4/10 chez moi c'est mauvais :D)

Frankie a dit…

Je l'aurais bien lu un jour mais la plupart des critiques concernant ce livre sont négatives donc ça ne me tente plus. Je l'avais offert à une amie il y a quelques année, je n'en ai jamais entendu parler ! Si ça se trouve elle n'a pas aimé et n'a pas osé me le dire ! :D

Aidoku a dit…

Je n'ai pas été convaincu non plus par ce titre. Si le personnage est plutôt sympathique (autant qu'on puisse l'être en étant aussi cynique), l'histoire m'a semblée trop abracadabrante.

Helran a dit…

De même, en fait seul l'humour ma fait tenir le long du livre, en plus du fait que je voulais tout de même savoir la fin. Mais sans cette humour que j'apprécie, je l'aurais surement abandonné car trop fade, ennuyeux et lassant à mon gout.

nanet a dit…

Vi, 4/10 c'est pas très bon... il ma faudrait refaire mes petites grenouilles, elles datent d'une époque ou je n'osais pas vraiment dire qu'un bouquin était pas très bon.

nanet a dit…

Lol, c'est sûrement le cas, ou bien elle en l'a pas encore lu ?

nanet a dit…

C'est dommage, effectivement car le personnage avait quelques chose de sympa, un peu similaire au rôle que l'auteur/acteur a créé pour Dr House.

Biz

nanet a dit…

Ah, toi aussi tu voulais savoir ou tout cela nous menait ! j'avoue qu'à un moment j'ai bien failli abandonner tout de même...

Isa a dit…

Plus ça va et moins il me tente. Malheureusement pour moi, je suis tellement curieuse que je vais probablement essayer de le lire quand même !

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je ne suis pas un grand lecteur, mais je dois avouer que ce livre m'a donné envi de me mettre aux polar à humour noir.

C'est vrai que l'histoire est lente, mais l'écriture est vraiment savoureuse, je ne me suis jamais autant marré (intérieurement) à la lecture d'un livre.

j'ai d'ailleur une question aux nombreux lecteurs qui parcourent ce blog et à l'auteur lui même, connaissez vous des auteurs avec un humour désopilant dans le même style que Hugh Laurie. Je recherche un écrivain qui a une écriture simple sans 36 adjectifs pompeux qui savent parfaitement narrer une situation avec un humour grinçant.

Merci pour votre aide !

nanet a dit…

Bonjour, le dernier JK Rowling pourrait vous plaire, il mêle humour noir, très anglais et une enquête bien construite. (http://lesmotsdenanet.blogspot.fr/2013/11/lappel-du-coucou-de-robert-galbraith.html)

Sinon, le tout dernier livre présenté sur le blog : Une aventure de Maître Li et Boeuf Numéro Dix de Barry Hughart ! qui est vraiment génial. (http://lesmotsdenanet.blogspot.fr/2013/12/une-aventure-de-maitre-li-et-boeuf.html)

Bien que ces deux livres ne soient pas "désopilants"... je lis peu de livres alliant humour et enquête policière. Je vous conseille par contre la magnifique Saga Malausséne de Penac ! Un joyaux.

Bonne quête, merci d'être passé, et pensez à laisser un petit pseudo, c'st plus sympa.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)