Chronique du tueur de roi, tome 1 : Le Nom du vent de Patrick Rothfuss

" J'étais peut-être intelligent, un héros en devenir mû par une volonté d'acier trempé, mais j'étais surtout et d'abord un garçon de quinze ans. En ce qui concernait les femmes, j'étais aussi innocent qu'un agneau qui vient de naître."
(P481)


L'auteur


Patrick James Rothfuss est né en 1973 dans le Wisconsin.

Auteur de la trilogie Chronique du tueur de roi, qui fut repoussé par plusieurs maisons d'éditions avant que le premier tome, Le Nom du vent, soit publié en 2007 et salué par la critique...

Résumé officiel

J'ai libéré des princesses. J'ai incendié la ville de Trebon. J'ai suivi les pistes au clair de lune que personne n'ose évoquer durant le jour. J'ai conversé avec les dieux, aimé des femmes et écrit des chansons qui font pleurer les ménestrels. J'ai été exclu de l'Université à un âge où l'on est encore trop jeune pour y entrer. J'y étais allé pour apprendre la magie, celle dont on parle dans les histoires. Je voulais apprendre le nom du vent. Mon nom est Kvothe. Vous avez dû entendre parler de moi. Un homme prêt à mourir raconte sa propre vie, celle du plus grand magicien de tous les temps. Son enfance, dans une troupe de comédiens ambulants, ses années de misère dans une ville rongée par le crime, avant son entrée, à force de courage et d'audace, dans une prestigieuse école de magie où l'attendent de terribles dangers et de fabuleux secrets... Découvrez l'extraordinaire destin de Kvothe : magicien de génie, voleur accompli, musicien d'exception... infâme assassin. Découvrez la vérité qui a créé la légende.

La série

La série comportera à terme trois tomes (publiés en plusieurs livres en France, pour leur taille trop volumineuse)

  • Chronique du tueur de roi, tome 1 : Le Nom du vent 
  • Chronique du tueur de roi, tome 2 : La Peur du sage, partie 1 et partie 2 (sortie Octobre 2012)
  • Chronique du tueur de roi, tome 3 ? 

L'histoire

L'histoire se déroule sur le monde « Les Quatre Coins de la civilisation » où Kvothe, une personne de légende, raconte son histoire en trois jours. Le premier tome correspond au premier jour de narration : l'enfance de Kvothe.

Mon avis

Chaque année, le baby-fantasy du site L@ regroupe les vingt livres ayant obtenu les meilleures notes sur le site au cours des mois (années) précédents. Sur cette liste, j'avais, en début d'année, déjà lu 11 titres, et sur les neuf restants, deux inconnus (malgré leurs notations extraordinaires)  m'ont intrigué : le livre que je vous présente aujourd'hui et celui de Scott Lynch : Les salauds Gentilhommes. De prime abord, en lisant les résumés, je pensais vraiment que le livre de Rothfuss me plairait plus...

Le principe d'un challenge avec une liste fixe est pour moi assez intéressant, car il oblige à lire des livres que je n'aurais jamais rencontrés... mais, parfois, je suis un peu déroutée par l'engouement pour certains ouvrages ! Ayant lu beaucoup de fantasy, j'avoue que certaines notations me font un peu sourire. Pas que je veuilles dénigrer ce livre, ni les autres chroniqueurs, mais le décalage entre les articles  trouvant des défauts, des longueurs, de ci-de ça et la note attribuée sont assez inquiétant. Personnellement, comme vous pourrez le voir en bas de cette page, je n'accorde que 7 gre-gre à ce livre, ce qui revient à une note de 7/10 ! On est loin du coup de coeur.

Pour clarifier ce point, et peut-être expliciter certaines notations présentes sur ce blog, je vais vous présenter, en parallèle à cet article, mon propre système de notation.

Lorsque j'analyse un livre, je découpe toujours en plusieurs parties. Tout d'abord, le style qui compte pour 1/3 de la note : style, narration, description.


  • Patrick Rothfuss use d'un style est simple, enjôleur. Peu de périphrases, beaucoup de métaphores, un vocabulaire assez riche alliant quelques mots soutenus, des néologismes, et de temps en temps un retour au langage de rue. 1/1
  • La narration est extérieure pour les passages du présent, où Kote l'aubergiste rencontre Chroniqueur, le scribe... puis elle passe à une narration interne, avec Kvothe qui nous relate son passé. C'est bien pensé, bien amené. L'auteur jongle entre ces deux modes, en intercalant régulièrement des interludes dans le corps du texte, laissant ainsi souffler le narrateur, et le lecteur. 1/1
  • Enfin, les descriptions sont vraiment le point fort de l'auteur qui nous balade à travers les paysages, les lieux, nous montre les éléments entourant Kvothe. La foison de détails peut par contre saturer un peu, et j'avoue que ce livre m'aurait plu un tantinet plus s'il contenait un peu moins de détail inutiles. Toutefois, j'aime les livres descriptifs, et je dois admettre que l'auteur a mit le paquet. 1/1
Bilan de la partie Stylistique, selon mes propres critères : 3/3

En site j'analyse l'intrigue elle-même : sa crédibilité, les actions, les scènes de violences ou au contraire de tendresse. Le rythme général... 

Dans cette première journée, l'auteur démarre son livre par une courte présentation de l'auberge, silencieuse. Comme si toute vie était éteinte, comme si elle se passait ailleurs... puis, nous découvrons quelques personnages, leurs habitudes, et leurs frayeurs, au travers d'une histoire narrée au coin de cette auberge par un vieux conteur. Enfin, le dernier protagoniste est présenté, alors qu'il se fait dépouiller de ses biens. Jusque-là, les premiers chapitres, s'ils sont d'un calme relatif, présentent les lieux, l'ambiance... 

Une sorte d'intrigue s'installe, avec des araignées noires et cruelles venant d’apparaître dans ce coin cale et retiré. Là, l'amatrice de fantasy que je suis a sourit et a cru a une belle histoire. Surtout que l'auteur nous entraîne sur cette voie avec un beau combat du héros de l'histoire... 

Sauf que, par la suite, l'action "présente" est inexistante jusqu'à la fin quasiment du livre.  Certes, celle du passé va la remplacer, mais... le livre est, à mon goût bancal. Alors, bien sûr, le temps joue en la faveur de ce point, puisque la narration est censée se passer sur une première journée (d'où le titre) et qu'il serait difficile de mettre des tonnes d'action dans cette pauvre journée... 

L'intrigue se décale donc vers le passé. L'aubergiste nous parle de lui, de son enfance, et l'on apprend à travers ses mots que ce petit prodige a su maîtriser des dons particuliers à une vitesse folle. La tristesse n'est pas omise, l'enfant perd ses parents (scène troublante), et c'est en tant qu'orphelin qu'il vivra dans une grande ville, durant trois années, oubliant tous les talents qu'il détenait alors ! C'est là un des points qui m'a le plus gêné ! C'est enfant est décrit comme très intelligent, astucieux, et surtout à une douzaine d'années lorsque le malheur le frappe... je ne crois pas que même touché par la mort de ses proches il ne puisse se sortir bien mieux de sa situation. Là encore, le temps explique tout, et l'auteur devait gagner trois ans... trois années pour que Kvothe puisse entrer à l'université. Il a donc créé toute une partie trop longue, trop larmoyante, où le jeune homme mendie et souffre après une enfance heureuse et glorieuse parmi les siens. 

Enfin, la partie de l'université m'a épuisé ! Je veux bien croire que Kvothe soit doué, mais était-il obligé d'être si imbu ? si supérieur ? Sans compter les nombreuses parties inutiles là aussi, les petites incohérences, les sauts dans la narration, et allés-retours... 

Bref, cette intrigue n'a pas su trouver un écho favorable en moi et je ne lui donnerai qu'un note globale d'1,75/3, ce qui fait un total avant d'attaquer la dernière ligne droite de 4,75/6.

Je termine toujours par trois éléments distincts : les personnages principaux, les secondaire et un petit mot sur le temps. Pour ce dernier, j'ai déjà donné quelques arguments qui explicite le 0,5/1 attribué.  

Les personnages secondaires sont assez peu détaillés dans le temps présent, et très caricaturaux dans la partie passée. Le méchant est un noble moqueur qui prend Kvothe en grippe et s'acharnera à lui pourrir la vie, les gentils amis sont insipide et n'existe pas par eux même, je veux dire par là, que l'auteur ne leur accorde aucune vie si ce n'est qu'en présence du personnage principal... Sans compter que chacun apportera à un moment donné une aide précieuse ce qui finit par grignoter le suspens nécessaire à ce genre de livre... Toutefois, deux personnages sont à relever : Denna et Bast. La belle et insaisissable Denna, m'a plu, quant à Bast, j'avoue que si je devais un jour lire la suite ce serait pour en découvrir un peu plus sur cet être mystérieux. (0,75/1)

Le personnage de Kvothe, que j'ai déjà évoqué est jeune, supérieur, intelligent, audacieux. Fort de sa jeunesse, il ose lorsqu'il est à l'université affronter les maîtres, mais une fois ceci effectué, il s'effrite et semble refuser de se battre. Ainsi, une mauvaise blague le met à la porte des Archives, son rêve et il se contente d'accepter ! Ces nombreuses incohérences m'ont un peu chagriné. Là aussi je ne mets qu'un 0.5/1 et la note atteint donc un total de 6,5/9. 

Or, un livre c'est aussi une sensation générale, l'envie d'avancer ou de l'oublier, dans le cas des séries, de lire la suite... tous ces petits points sont difficiles à noter précisément. Je sais que je ne lirai pas la suite, et qu'il m'a coûté par moment de lire ce livre du coup, je ne peux accorder qu'un demi-point... et nous sommes donc bel et bien à 7/10... 

J'espère que ce petit décompte a pu vous éclairer sur mon mode de fonctionnement, tout en présentant ce livre et je ne mettrais pas de bilan en trois mots. 

Au final 

Si l'histoire est novatrice, elle manque de ce petit rien qui fait basculer un livre dans les inoubliables. Je ne suis pourtant pas déçue, car il y a de très bons passages, mais c'est vraiment trop long. Sans moi pour la suite.

Lu dans le cadre des challenges ABC de l'imaginaire et Baby-Fantasy

9 commentaires :

belledenuit a dit…

Eh ben celui là n'entrera pas dans ma PAL :)

nanet a dit…

Il n'a que de très bonnes notations, sur les autres blogs...

Dis moi, est-ce que la présentation croisée de mon système de notation est "intéressant" ?

Biz

paikanne a dit…

Je ne poursuivrai pas non plus ;-)

nanet a dit…

Je m'en doutais, en lisant ton article ^^ Biz

bambi_slaughter a dit…

C'est justement cette lenteur qui me fait toujours hésité à acheter ce livre. En plus, il est pas donné. ^^

nanet a dit…

Eh bien, s'il n'avait pas été dans la Baby, je ne l'aurais surement jamais lu ^^ et cela ne m'aurait pas manqué !

bruno a dit…

Pas toujours d'accord avec ce qui est dit ici. Si le premier Tome n'est pas forcement ce qui se fait de mieux (les 100 pages ou c'est un mendiant en ville sont effectivement très longues), le 2 et le 3 (vu que le tome 2 est scindé en 2 bouquin en France) ont vraiment des passages exceptionnels. Si vous aimé l'Eroic fantasy, passez votre chemin. Nous en sommes très loin. Mais si vous voulez vous laisser porter par l'imagination d'un auteur et avoir l'impression de "voir" le monde qu'il a créé alors n'hésitez pas une seconde. Pour moi il n'a pas volé son prix Gemmell 2012.

nanet a dit…

Bonsoir et merci d'avoir laissé un commentaire instructif sur les tomes suivants ! Je ne pense pas les lire, car, je lis pas mal de fantasy, et ce livre n'a pas su me convaincre. D'autres séries m'ont plus attirée, en 2012, notamment Sanderson et sa plume douce et délicate, avec pourtant de l'action, une intrigue... et oui, je suis plutôt Héroïc Fantasy (si on peut dire), bien que ma dernière lecture en date : Thomas le Rimeur soit d'une lenteur et d'une douceur toute autre, et que malgré ces points, il a su me charmer.

Il y a de très bonnes choses, et il mérite sûrement son prix ! Je ne fais que donner mon propre avis de lectrice ^^

Si vous aimez les livres Fantasy, je ne saurais que vous conseiller de jeter un coup d'oeil au mien...

Frankie a dit…

Ce n'est pas à cause de moi (ou grâce à moi, selon où l'on se place ;)) que la note sur BBM baissera car j'ai vraiment beaucoup aimé ce premier tome. Certes il y a des longueurs et Kvothe est assez arrogant (et se sort bien facilement de certaines situations) mais voilà une histoire qui a su m'emporter. J'ai aussi très envie d'en savoir davantage sur Bast qui m'a énormément intriguée. Bref, ce n'est peut-être pas le must en matière de fantasy mais c'est une lecture qui a vraiment sur me plaire.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)