Le monde sans les enfants et autres histoires de Philippe Claudel

" La vie n'est pas comme les livres, elle peut être bien belle, même si parfois elle n'est pas toute rose, mais changer de couleur ne la rend pas meilleure. 
Aime-toi comme tu es, 
aime les autres comme ils sont."
(P116)

L'auteur

Philippe Claudel est né en 1962 en Meurthe-et-Moselle.

Écrivain et réalisateur français ("Il y a longtemps que je t'aime" - "Tous les soleils"), agrégé de lettres modernes... il a également été professeur en prison et auprès d'adolescents handicapés physiques. Il a intégré l'Académie Goncourt en janvier 2012.

Résumé officiel

Vingt histoires, à dévorer, à murmurer, à partager. Vingt manières de rire et de s'émouvoir. Vingt prétexte pour penser à ce que l'on oublie et pour voir ce que l'on cache. Vingt chemins pour aller du plus léger au plus sérieux, de plus grave au plus doux. Vingt façons de se souvenir de ce qu'on a été et de rêver à ce que l'on sera. Vingt regards pour saisir le monde, dans sa lumière et dans ses ombres. Vingt raisons de rester des enfants ou de le redevenir. Vingt sourires. Vingt bonheurs. Vingt battements de coeur.

Pièce de théâtre



Bande annonce du spectacle "Le monde sans les enfants" Adapté du livre de Philippe Claudel, interprété par Fayssal Benbahmed

Les histoires et Mon avis


Ce livre est un recueil de nouvelles : 20 nouvelles dont vous trouverez les titres sur l'image jointe. Chaque nouvelles aborde un sujet différent... je ne peux donc pas les présenter toutes, juste dire que ce sont des nouvelles vairées, présentant plusieurs univers, tournées vers les enfants et des sujets aussi diverses que la différence  le respect, la télévision, l'amour...

Certaines de ces histoires m'ont plu, comme la première, le monde sans les enfants, qui raconte la vie des parents, tous les parents du monde, le jour où les enfants fatigués de leurs corvées d’enfants décident de partir sur une île. C'est drôle, joliment écrit mais, j'ai trouvé la fin un peu abrupte.

C'est d'ailleurs le défaut général que je relèverai de ces nouvelles, les fins sont un peu brutales, comme si, une fois les histoires démarrées, l'auteur n'avait su qu'en dire, qu'en faire et les avait tout simplement arrêtées. C'est amusant pour une histoire, puisque cela peut laisser jouer l'imaginaire, c'est usant lorsque cela devient redondant.

Les autres histoires qui m'on plu, sont le petit voisin, qui aborde le thème de la guerre, et du respect, et le vaccin de Zazie qui touche lui aussi à la violence, à la méchanceté, puisque Zazie veut, dès son plus jeune âge rendre les gens gentils. Enfin, le petit âne gris qui voulait devenir blanc, qui traite de la différence. Des sujet forts ! Toutes les nouvelles abordent ainsi des sujets troublants. L'auteur ne se contente pas de poser quelques mots joliment travaillés, il démontre parfois par l'absurde des comportement humains ignobles. Ce sont dons des sujets très adultes, abordés pour des enfants, mais aussi pour des plus grands.

Les styles narratifs utilisés sont aussi très variés, puisque certaines nouvelles sont à la première personne, l'une d'elles est une lettre, certaines sont des comptines, d'autres une succession de tout petits textes (papa, raconte-moi le monde)... cette alternance permet de lire l'ensemble sans s'essouffler, en variant les plaisirs.

J'avoue que le texte Dégougoullez-moi bien ! m'a paru très obscur, je ne suis pas parvenue à le lire ! Et ceux, après plusieurs tentatives. L'auteur a joué sur les mots, les a déformés, pour arriver à une succession de mots et autres néologismes qui se suivent sans queue ni tête. Quel intérêt ? pour ma part, c'est du remplissage... et je ne suis pas persuadée qu'un auteur lambda, inconnu qui enverrait ce genre de texte à un éditeur serait publié ! Si quelqu'un détient une traduction lisible de de texte...

Les descriptions sont aussi très variables, présentes où non, suggérées ou détaillées... ou tout simplement illustrées ! Car, ce recueil est illustré par Pierre Koppe, de petits dessins assez naïfs, comme celui présenté ici.
Le garçon qui entrait dans les livres - Le monde sans les enfants
Les personnages sont trop nombreux, puisque chaque nouveau texte en présente un ou plusieurs, pour que je puisse en parler. Les textes allant d'une page à une dizaine, vous imaginez a quantité de personnages créés. Ils sont jeunes, vieux, gros, maigres, vifs, dépressifs, un vrai catalogue. Un peu caricaturaux, par force des choses, sur des textes très courts, ce qui permet d'aller rapidement à l'essentiel du texte, ils peuvent au contraire être assez détaillés, lorsqu'ils sont le sujet principal de la nouvelle : le dur métier de fée, par exemple.

Trois mots

Un mots pour :  Sujets abordés

Deux mots contre : fin abruptes, manque de cohésion globale.

Au final 


Je voulais depuis fort longtemps lire la première nouvelle de ce recueil, la pensant plus longue. Je ressors un peu déçue de l'ensemble, même si quelques textes m'ont plu. C'est toutefois un livre que je conseille aux plus jeunes lecteurs ! 

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)