Le tragique destin d'Emily Buckley de Terhi Schram

" L'asile avait fermé ses portes quelques quatre années plus tôt, suite à une affreuse affaire de disparition apparemment liée à des expériences réalisées sur des humains."
(P46)
Livre lu dans le cadre des livres voyageurs
Je remercie Terhi Schram pour ce prêt ! 

L'auteur

Terhi Schram est née en 1989 dans le nord de la France.

Après une formation de secrétaire médicale, elle a chois de changer de voie, pour devenir écrivain public, en plus de ses talents d'auteur et d'illustratrice.

Résumé officiel

La petite Emily Buckley, douze ans, est retrouvée pendue dans une chambre d'hôtel, une Bible sur sa table de nuit. Lorsque Miss Loverdale demande à Morrissey d'ouvrir à nouveau le dossier, c'est tout un amas de suppositions qui s'effondre. Mystérieux consommateur d'une étrange drogue, ce jeune inspecteur va mener l'enquête, soutenu par d'improbables amoureuses... Un suicide sur fond d'asile hanté par ses anciens pensionnaires et de prostituées aux charmes indécents. Et si plus rien n'était rationnel ? Bienvenue à Little Valley...

L'histoire

Emily Buckley a été retrouvée morte, pendue, dans la chambre n° 22 d'un sordide hôtel ! Six ans auparavant, un autre homme y a aussi trouvé la mort... Et si ce n'était finalement pas un suicide ? 

Mon avis

J'ai découvert, il y a quelques mois, un groupe fort sympathique où l'on échange des livres, en les faisant voyager. J'adore lire (au cas où cela vous aurait échappé) et j'ai décidé de m'inscrire. La condition première est de choisir parmi les livres présentés, ceux que l'on veut lire et d'en proposer un... au minimum.

Le résumé du livre de Terhi m'a intrigué. Cette histoire de meurtre, de rationalité... avait tout pour me plaire, d'autant que les articles d'autres lecteurs laissant supposer la présence de fantômes ! j'ai donc ouvert ce livre avec la ferme intention de découvrir le coupable, comme dans tous les policiers et de ne pas trop frémir lorsque des êtres inconsistants viendraient frôler les protagonistes de l'histoire.

L'intrigue peut sembler simple (et ne la cherchez pas dans ces lignes... je ne dévoile jamais les intrigues), mais Terhi a choisi mode de narration déstructuré qui donne à l'histoire une touche de mystère assez intéressante : nous n’avons aucune information ! L'inspecteur patauge, et nous avec lui. Le peu d'éléments qu'il parvient à glaner, ne nous est pas transmit, comme s'il craignait que nous ne le dévoilions au coupable... De surcroît, cet homme, Morrissey, s'adonne aux plaisirs ! Et son esprit, souvent embrumé, à un peu de mal à analyser les rares éléments de l'enquête. Par contre, Terhi ne nous cache pas tout, elle a mis à notre disposition quelques petits indices, bien placés ! Il suffit juste de les repérer... et le coupable devient évident. Ou pas !

La narration, comme je l'ai dit est extérieure, l'auteure suivant son personnage principal, dans ses délires, dans ses soupirs, dans ses manques et ses absences. Le style est très classique, mais manque à mon gout de descriptions. Surtout que l'ambiance générale est donnée avec soin, on se sent rapidement entraînée dans cet univers glauque, autour de Morrissey, on sent qu'il a de vieux démons à pourchasser... mais il manque les fils conducteurs, tous les détails que j'aime lire, toutes les petites informations créant un univers.

Puisque j'en suis aux petits défauts (selon mes critères), j'avoue que l'ensemble manque un peu de crédibilité. Ces fantômes sont certes effrayants, et c'est un véritable point fort du livre, mais leur utilité dans l'intrigue m'a semblé bien mince. J'ai bien dit dans l'intrigue, parce que l'apport dans le livre, lui est évident. Il le fait basculer dans cette irrationalité évoquée ! L'autre point qui m'a dérangé, ces ont les dialogues qui manquent de précisions. j'ai dû à plusieurs reprises reprendre le fil de discussion pour savoir qui disait quoi. Ceci rejoint le manque que descriptions déjà évoqué.

Les personnages sont peu développés, si ce n'est celui de Morrissey, et l'on a donc beaucoup de mal à s'identifier à eux. C'est volontaire, ils ne sont que des pions. Leur rôle est très secondaire, dans l'histoire, que ce soit pour la prostitué, ou pour le gérant de l’hôtel... L'inspecteur passe près d'eux, se sert d'eux, avant de continuer sa route.

Ceux qui sont un peu plus présents (Nan Backer, David, Miss Loverdale), n'existent qu'au travers du regard de l'inspecteur, et du coup, comme cet homme est bien souvent pas très clair, nous n’avons qu'une vision stéréotypée. Mais là encore, leur rôle étant secondaire, et n'apportant à l'inspecteur que de rares éléments, il n'aurait guère été utile de s'approfondir.

J'ai beaucoup apprécié de découvrir des bribes du passé de Morrissey, au fil des pages. Cet homme est blessé, d'où son comportement limite suicidaire, et ces éléments viennent expliciter ses gestes, sa façon d'être. Il en ressort un homme complexe, malheureux, solitaire et finalement très particulier.

Je finirai cette petite analyse par un mot sur la fin, elle est un des atouts majeurs du livre et m'a vraiment surprise !

Trois mots

Deux mots pour : mystère, intrigue globale.

Un mot contre : manque de descriptions

Au final 



Un livre très court, qui à mon gout manque de descriptions (ce qui le rendrait un tantinet plus long...) mais une intrigue intéressante. 

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)