Les Ecriveurs, tome 1 : La Cité lumineuse de Frédéric Mars

" e reconnaissais les lieux mais la première chose qui m'a frappée néanmoins, c'est que, manifestement, certains édifices avaient bougé. Encore un tour des facétieux auxiliaires de Phileas Flok ! "
(P169)

L'auteur

Frédéric Mars est né en 1968 à Paris.

Auteur français de romans dans des genres très divers, et scénariste pour la télévision, il a aussi publié d'autres ouvrages sous diverses identités, y compris en qualité de nègre.

Le site de l'auteur 

Résumé officiel

Les habitants de Hometone vivent en retrait de la société. Ils n’ont aucun contact avec l’extérieur et les cendres disséminées par le volcan de l’île les rendent invisibles aux yeux de l’humanité. La raison ? Lara Scott va vous l’expliquer ! La marche du monde se décide à Hometone, de même que votre sort ou celui de vos enfants. Tout est Écrit là-bas, au sens propre comme au figuré… car si vous lisez ceci, c’est que Lara en a décidé ainsi !

La série

Il s'agit d'un tome 1... ce qui laisse à penser, qu'il y aura au minimum tome 2.

L'histoire

Lara Scot, jeune fille de treize ans, va voir sa vie chamboulée par l'apparition de dons particuliers. Alors que sa soeur tente de la noyer, ses dons décident de se manifester, et aléatoirement de lui sauver la vie...

Suite à quoi, elle va se retrouver dans un univers bizarre, celui des Ecriveurs !

Mon avis

Ce livre m'a été prêté par une amie, et, sans cela, je pense que je n'en aurais jamais entendu parler. Je l'ai ouvert, en cette période de fin d'année, où je lis les livres « oubliés », repoussés sur les étagères... Les livres que je dois « Lire » pour pouvoir les retourner à leur propriétaire.

Dès les premiers mots, le ton est donné : l'histoire sera racontée par Lara, qui va essayer de se souvenir pour nous des événements qui l'on conduit à sa presque noyade, et à ce qui a suivi. Une narration à la première personne pour gagner en dynamisme dans les actions, mais qui ne m'a pas permis de m'octroyer le personnage. J'ai trouvé cette demoiselle un peu trop naïve et tout à la fois imbue.

Les dons, qui lui tombent du ciel, ne semblent guère la surprendre ! Sa sœur qui se transforme en chien, non plus. Courir aussi vite que Hussein Bolt... encore moins. Et c'est là un des premiers reproches que j'aurais à faire à ce livre, tout y est trop facile, trop simple, et les personnages admettent les éléments, les événements un peu rapidement. Alors, certes, c'est un livre jeunesse, mais qui dit jeune ne dit pas « neu-neu » !

Puisque j'en suis aux reproches, l'autre gros point noir est le fait que ce livre m'en a rappelé d'autres. Un autre en particulier : une jeune personne, orpheline (ici ce n'est que la mère), qui d'un coup se voit intronisé dans une école (un monde souterrain avec des niveaux) où les escaliers changent de place (oups, les bâtiments, avec une tenue [pas de cape, ouf], une baguette... euh, un stylo, et surtout, surtout un vilain méchant pas beau qui a tué... Je crois que vous aurez compris.

D'autant que ce ne sont pas les seules références ! Mais les autres, sont, je pense plus que volontaires, des clin d'oeil, comme les noms : Phileas flock, par exemple... ou les titres des chapitres.

Je sais que le thème est facile, que chaque fois qu'un auteur écrira sur une jeune avec des pouvoirs, il y aura comparaison, mais j'ai vraiment eu la sensation que Frédéric Mars nous réécrivait une saga de sept ans, en mêlant un peu de SF [ordi surpuissant, tablette...]

Passons sur ces points, qui ne m'ont pas gâché la lecture. Ils m'ont fait sourire, mais l'histoire s’installe rapidement, et la sensation s'étiole. Un peu. La suite va assez vite, et la demoiselle saute allègrement les étapes, étant très douée, et un peu aidée. Là encore cette sensation de facilité qui est augmentée par un style résolument simple. Mis à part quelques néologismes et termes un peu complexes, le teste est assez pauvre. La balance entre les phrases classiques et certains termes limites vulgaires donnent un ensemble sans grande recherche, sans grande saveur. Les actions s’enchaînent et par contre le rythme est bien rendu par cette écriture dynamique.

Bref, peu de choses ont su me plaire, dans ce livre, et il aurait pu ne pas avoir de chronique, sauf que j'ai trouvé deux ou trois broutilles intéressantes : tout d'abord, l'idée des écrans géants où les vies défilent, et le fait que chaque écriveur gère plusieurs vies. Ensuite, les portes [mais ne comptez pas sur moi pour vous en dire plus] Enfin, le côté rebelle de l'héroïne.

Trois mots

Un mot pour : quelques bonnes idées

Deux mots contre : références, style

Au final 



Bref, limite bof... fouillis, avec d'excellentes idées mais une intrigue bien légère et un manque d'approfondissement ! Dommage, cela aurait pu être un super.
.

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)