Le Cercle des loups de Nicholas Evans


" Le moment était venu Un oiseau blanc volait dans la pièce. Luke n'avait plus qu'à tendre le bras et à le saisir avec douceur entre ses mains, et il pourrait parler librement. Pour la seconde fois, il prit sa respiration. 
- Je pensais que cela ne t’intéressait pas."
(P517)



L'auteur

Nicholas Evans est né en 1950 à Bromsgrove, Royaume-Uni.

Journaliste, écrivain et scénariste britannique, il a aussi été producteur.

Lors d'un séjour dans le sud-ouest de l'Angleterre, un maréchal-ferrant lui raconte l'histoire des hommes qui parlent à l'oreille des chevaux pour les calmer. Nicolas Evans décide aussitôt d'en faire un livre qui deviendra un véritable best-seller à travers le monde : The Horse Whisperer (L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux).

Son site

Résumé officiel

Hope, petite ville du Montana, est en ébullition. Un loup a dévoré un chien, celui de la fille de Buck Calder, une des personnalités les plus en vue de la localité. La vieille querelle qui oppose les éleveurs, qui se sentent menacés, et les défenseurs des loups, est à son paroxysme. 

C'est à ce moment qu'arrive Helen Ross, jeune zoologiste de 29 ans, chargée par le service de protection des loups de capturer les animaux pour les munir de colliers émetteurs. 

Les éleveurs, avec à leur tête Buck Calder, s'opposent à cette mission, sabotent le travail d'Helen et n'hésitent pas à abattre les loups. Helen trouvera en Luke Calder, le fils de Buck, un précieux allié, mais elle devra affronter la haine d'une communauté prête à tout pour chasser les loups de ses terres.

L'histoire

Des loups descendent dans la vallée pour se nourrir, tuant, sans complexe le bétail d’éleveurs peu enclins à leur céder leurs bêtes... Une femme, blessée par la vie, et un jeune homme étouffé par le charisme de son père vont lutter contre les éleveurs.

Mon avis

Je n'attendais rien de précis, en lisant ce livre. J'ai beaucoup aimé Loups de Nicolas Vannier et peut-être que j’espérais retrouver un peu de l'ambiance qui y régnait ? Je n'en suis même pas sûre...

Toujours est-il que lorsque j'ai entamé la lecture de ce bouquin, j'ai apprécié d'être plongé dans la tête, les sentiments, même imaginés, d'un loup. Approcher, flirter avec ce qu'il peut ressentir en descendant dans une vallée colonisée par l'homme.

Oui, mais voilà, le héros de ce livre n'est pas un loup. Ce sont des hommes qui bien rapidement prennent toute la place, envahissent l'espace, et détruisent peu à peu le fameux cercle des loups. Des hommes cupides ? Non, même pas, cas au fil des pages, on saisit la difficulté de certains éleveurs, et les pertes endurées par les loups, qui ne cherchent qu'à se nourrir. Toutefois, ces loups, là, auraient mieux fait d'aller voir dans une autre vallée... sur celle-ci, pèse un lourd passé de tueurs de loups, bête honnie s'il en est.

Peu à peu on entre dans la famille Calder, avec Buzz, type antipathique, au charisme débordant et ses enfants, dont Luke étouffé par son père, par son arrogance, sa prestance et qui ne trouve son plaisir, sa liberté qu'au sein de la nature. Leur opposition sur les loups et leur devenir à un relent de conflit familial... Si l'un les hait, l'autre ne peut que les aimer !

Mais s'arrêter à cette maxime serait très réducteur. Il y plus que cela dans ce livre, il y a des vies d'hommes et de femmes. Des espoirs, des historiettes, des souvenirs, des larmes et finalement peu de rires. Peu d'amour aussi. Sauf si l'on considère les coucheries de Buzz comme un acte d'amour !

Et c'est justement ce qui m'a perturbé. Je pensais lire un livre sur les loups. Ils sont un fil tendu et leurs (trop) rares apparitions ne m'ont pas suffi. Car des livres sur les hommes, leurs déboires, leurs coucheries, j'en ai lu, et celui-ci ne sort pas du lot. Il est similaire, sans apporter de petit plus. Certes, Lovelace est particulier. Certes l'amitié (!!) entre Luke et Helen est primordiale et va les conduire à se construire. Certes, on finit par s'attacher aux personnages...

Il m'a manqué quelque chose, entre les longueurs, entre les sentiments et souvenirs presque poussifs de tous ces personnages. J'aime pourtant les descriptions, habituellement, mais là, elles alourdissent l'histoire, entachent l'action, puisque l'auteur coupe ses élans pour montrer, décrire... que c'est lourd ! J'avoue avoir posé le livre à plusieurs reprises et hésité à le poser définitivement, mais je voulais connaître le devenir des loups... et j'ai donc survolé les 250 pages après le milieu, m'arrêtant ça et là, en picorant quelques passages plus longuement notamment la dernière partie (quatrième saison lu intégralement), et ne retenant que l'essentiel et la fin qui est tout de même bien trouvée !

Je terminerai par le temps, comme souvent, et par le découpage de ce livre, en quatre parties, comme les quatre saisons d'une année, durée de l'histoire. C'est bien, une année, c'est un cycle chez les animaux... dans la nature en général. C'est le temps qu'il a fallu à Luke et Helen pour grandir.

Trois mots

Un mot pour : Personnages charismatiques
Deux mots contre : Longueurs, Rythme

Au final 

Un début qui tarde à s'installer, après quelques pages alléchantes... des vies retracées d'hommes et de femmes dans une épopée où finalement les loups sont peu vus. Sensation très mitigée à la sortie de cette lecture. Beaucoup de blabla, pour, finalement, peu de description des loups et peu d'action.

9 commentaires :

Véro a dit…

Bon, eh bien celui-là non plus n'augmentera pas ma LAL, c'est déjà ça !
Rien à voir mais je suis en train de finaliser ma liste pour ton challenge ABC. ^_^

Lau1307 a dit…

J'avais bien apprécié ce roman, ce fut une bonne lecture, mais je ne pense pas le relire. Mais bon, je ne regrette pas non plus de l'avoir lu. Toutefois, j'ai aimé le travail sur les personnages, auxquelles ont s'attache.

Je compte lire L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux de cet auteur. =)

nanet a dit…

Décidément ^^

bon, d'un autre côté, j'ai publié les deux articles coup sur coup, en pensant que personnes ne serait attiré par le premier. C'était un de mes derniers SP !

Biz

nanet a dit…

Je n'ai pas lu non plus l'homme qui murmurait, mais ayant vu le film je doute de le faire, je en parviens pas à me détacher des acteurs... (encore moins de celui-là ^^)

Je reste un peu déçue par ce livre mais c'est la vie.

Biz

Unchocolatdansmonroman a dit…

ah zut, petite déception au vu du titre effectivement. Moi j'adore Jack London (je ne lui ai aps encore trouvé d'équivalent pour ce qui est des descriptions des terres enneigées, des animaux, de la sauvagerie au sens noble du terme )et j'ai lu aussi Nicolas Vannier. Il aurait été intéressant de donner une nouvelle approche de l'animal. J'espère que ta prochaine lecture t'emballera davantage ;)

nanet a dit…

Oui, petite déception mais je m'en remettrais vite ^^ je suis en plein rêve avec Robin Hobb, qui a tant de talent qu'elle me fait oublier que parfois, d'autres livres sont moins agréables !

Jack London, j'avais dit que je relirai cet auteur. tiens, je vais voir ce que je peux glaner sur les sites d'échange.

Biz

Lau1307 a dit…

Tout à fait, ce sont des choses qui arrivent ! =)

SylvieCerisia a dit…

Coucou, j'ai lu ce livre il y a quelques années et j'avais beaucoup aimé, peut-être parce que je ne m'attendais pas ce que les loups soient les personnages principaux.

nanet a dit…

Oui, je crois que tu as pointé mon principal souci, j'attendais plus de loups ! plus de nature, et moins d'hommes...

Je vais me rattraper avec un Jack London sous peu ^^

Biz et merci d'être passée.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)