Le Cycle des Centaures de Paul A. Garance [série]


« Il ne lâchait pas des yeux sa ville en plein désert, et cette énorme usine en périphérie qui crachait de la fumée noire. Un autre nuage sombre s'élevait plus loin : celle de la forêt que les bûcherons incendiaient après avoir abattu les arbres qu'ils voulaient. Pour la première fois, il se posa une question que l'on évitait généralement de se poser en temps de guerre : sommes-nous vraiment du bon côté ? »

Ce livre m'a été offert par l'épouse de l'auteur, que je remercie chaleureusement. 

L'auteur

Résumé officiel

Nous sommes en 1887, en Melpothalie. 
Le monde est en guerre depuis La Grande Rage. Vingt-cinq longues années durant lesquelles les animaux se sont rebellés contre les hommes. Et cet affrontement se poursuit sans que les autorités puissent trouver une solution à cet état de violence. 
Le Docteur Becki, éminent spécialiste, pourrait être la clé d’un arrêt des hostilités, mais celui-ci a disparu. Son neveu, Samuel, jeune homme peu enclin aux aventures dangereuses, partira tout de même à sa recherche. 
Il va explorer une île, un Nouveau Monde, et faire une découverte qui pourrait changer le cours de la guerre.

L'histoire

Samuel Becki, jeune scientifique timide et réservé, se voit engagé dans une drôle d'aventure, digne de celles des pirates... dans un monde où les animaux font la guerre aux humains !

Mon avis

Je lis peu de livres en numérique, c'est un format qui me fatigue énormément ! Je ne peux accorder que de courtes séances au texte... J'ai donc lu ce livre en plusieurs jours, mais, ne vous y trompez pas, ce n'est dû qu'au format, et pas du tout à l'histoire. Je suis intimement persuadée que si ce roman avait été imprimé, je l'aurais lu en quelques heures à peine, comme d'autres livres fantasy.

Tout d'abord, je dois dire que j'ai été charmée par l'idée ! Le monde inventé, sur un fond de semi-réalité, est très novateur. Quelques jolies trouvailles, comme le réseau des bateaux/métro, donnent un sentiment d'un monde mesuré, géré avec science et savoir. Réinventer, imaginer, faire rêver, le pari est gagné, et j'ai trouvé la présentation de cet univers assez convaincante.

Je n'ai pourtant pas succombé au reste, puisque les personnages de Samuel et de l'enfant (chut) n'ont as su me convaincre. Tout comme l'histoire, je les ai trouvé un peu faible. Je dirai doux, bien que ce texte ne le soit pas, l'auteur ayant pris le parti de scènes dures, sanglantes, assez violentes. Il n'épargne rien, va jusqu'à tuer certains héros. Mais c'est très prévisible, et parfois manichéen.

Cela n’empêche pas l'histoire de se lire aisément, de suivre les personnages dans leurs rocambolesques rencontres. De sourire face aux mésaventures de Samuel. Sauf que le pendant aurait été de frissonner ! je n'ai jamais ressenti de moindre doute pour ce dernier si pour certains autres personnages.

L'auteur est féru d'écologie, cela se sent, sans qu'il en fasse des tonnes et nous abreuve de bons sentiments. Il parsème son texte de petites touches, de réflexions, de pensées qui fusent sans accuser. Le sujet même du livre, avec ces animaux en guerre contre l'humanité est poignante, et l'on cherche avec Samuel l'origine de cette rage animale, de cette force destructrice. Quelques éléments de réponse sont amenés, heureusement, mais ce livre est un premier tome...

L'écriture de l'auteur est douce, posée, avec des phrases assez longues, entrecoupées de dialogues. Un vocabulaire simple, quelques néologismes, peu de métaphores. Je regrette quelques paraphrases, mais le style est très agréable.

J'ai beaucoup aimé les clins d'œil à d'autres auteurs, les découvertes ethnologiques et les apports culturels, les différenciations amenées. Et, surtout, les Centaures nains ! Ils m'ont fait sourire.

Bref, un bon premier roman.

Bilan en quelques mots

Les mots pour : Écologie, idée et monde créé.
Les mots contre : lenteur, manque de souffle, prévisible

Au final 
D'un rythme très lent, ce livre résolument tourné vers la nature a su, pourtant, m'entraîner. Je regrette une gestion des sentiments un peu survolée, notamment pour le personnage principal et une intrigue plus que prévisible par moment. Pourtant, quelques réflexions sur l'humanité, sur la nature, sont bien amenées, et l'intrigue générale novatrice, ce qui est assez rare en Fantasy.


2 commentaires :

  1. Je n'avais jamais entendu parler de ce roman, mais il a l'air pour le moins original dans le registre fantasy ! Le côté écologie me fait penser à Tobie Lolness, ce qui est un bon début !

    RépondreSupprimer
  2. Il me tente bien, mais comme toi je ne suis pas fan du numérique.

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)