Faust de V V Goethe - Livre Audio



Éditeur : Le Livre qui parle — Nb de pages : /format audio — Mp3
Série : / 
Catégorie : Théâtre — Classique


J'ai lu, il y a quelques années, le texte, et, voulant découvrir les livres audio, j'ai postulé pour ce livre, lors de la dernière masse critique. Je remercie le site Babelio pour cette découverte, ainsi que le livre qui parle, qui m'ont permis d'entendre cette histoire. 


« Faust » : ce simple mot, cette syllabe robuste et trapue comme le « poing » qu'elle désigne couramment, est un signe fort dans l'histoire culturelle des pays allemands que lorsqu'on dit « don Quichotte » en terre espagnole ou « Dante » en Italie. C'est essentiellement grâce à l'œuvre de Goethe que le personnage de Faust a passé les frontières et rejoint, dans l'imaginaire occidental, les figures de don Juan et de Prométhée. Comme eux, insatisfait et rebelle, Faust est encore plus proche de ces deux derniers par le défi qui l'oppose à l'autorité divine, dans une partie des plus fascinantes qui soient, puisqu'il ne s'agit plus ici seulement du péché, mais bien du sens de la vie et du salut lui-même.



Je découperai ma courte présentation en deux parties, le format audio puis le texte


Le texte est lu par une seule personne, Jacques Roland, qui prend tour à tour les différentes voix des personnages. La difficulté, dans une pièce de théâtre, est de faire vivre ces personnages, surtout avec un unique lecteur. Du coup, il cite les noms, ce qui fait perdre un peu de souffle, de rythme. C'est dommage, d'autant que ses changements de voix rendent les dialogues et échanges suffisamment clairs.

J'ai trouvé l'acteur assez talentueux, même si, par moment, il force sur sa voix, pour donner un ton particulier. Mais, je reconnais que l'exploit de jouer seul une partition aussi riche ne doit pas être facile, c'est donc une jolie prouesse. Je dois regretter tout de même la redondance de certaines voix féminines, assez mièvres, qui accentuent le fait que les femmes soient un peu considérées comme de pauvres choses dénuées d'esprit par l'auteur.

L'ensemble est assez court, puisque le disque dure 3h30. Heureusement, car j'avoue avoir un peu saturé, et je doute que j'aurais apprécié 3 heures supplémentaires.

Surtout que des écarts de son, dans le disque m'ont obligé à moduler régulièrement le variateur afin de, soit réduire le son lors des passages tonitruants de Méphistophélès, soit au contraire à l'augmenter lorsque Marguerite parle. Ce désagrément a joué sur l'appréciation générale,



Je ne vais pas m’appesantir sur le texte, qui est assez lourd à digérer, et dans lequel je ne retiendrai que le contrat (pacte), le personnage de Méphistophélès et les sorcières. Le reste de la pièce est toujours aussi difficile à avaler, tortueux, avec des digressions philosophiques dans la première partie et une sensation d'un texte inachevé par la suite.

N'ayant pas la possibilité de le lire en langue originelle, je dois me contenter de la traduction de Gérard de Nerval, certes belle, mais qui a pris quelques rides et j'ai trouvé, sorti du contexte d'études littéraires, le texte un peu suranné.


Les mots pour : durée du disque, changements de voix

Les mots contre : variation de son, texte un peu suranné.

Notation : 12/20



Avis mitigé donc, et seul le plaisir d'écouter cet acteur m'a porté au bout de la découverte. Je suis ravie de ne pas avoir relu ce texte, je pense que je ne serais pas parvenue au bout.


 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)