Bérénice 34-44 de Isabelle Stibbe




Éditeur : Le livre de poche - Nb de pages : 353 - lues 133
Série : / 
Catégorie : Roman historique



Isabelle Stibbe est née à Paris en 1974.

Après des débuts dans le droit international, elle est responsable des publications à la Comédie-Française puis au Grand Palais, critique d’opéra… Actuellement secrétaire générale de l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet, elle enseigne également à l’Institut d’études théâtrales de l’Université Paris-III.



1934. Malgré l’hostilité de ses parents, Bérénice, 15 ans, est admise au Conservatoire, dans la classe de Louis Jouvet. Sa vie est désormais rythmée par l'apprentissage des grands rôles du répertoire et par ses rencontres avec des acteurs de renom... Trois ans plus tard, elle entre à la Comédie-Française et prend le nom de Bérénice de Lignières. Rien ne peut entacher son bonheur, ni la montée du fascisme en Europe, ni les rivalités professionnelles ou amoureuses. Mais au tout début de l’Occupation, avant même la promulgation des lois raciales, la maison de Molière exclut les Juifs de sa troupe. Dénoncée par une lettre anonyme, Bérénice – son père est né dans un shtetl russe – est rattrapée par son passé. Sous les ors et velours de la Comédie-Française va se jouer un drame inédit, celui d'une actrice célèbre, prise au piège d'une impitoyable réalité. Un premier roman maîtrisé et captivant, lauréat de nombreux prix.





Ce livre entre dans la sélection 2015 du prix des lecteurs du Livre de Poche.



Tout est dit dans le résumé.

Je ne ferais qu'un court article, je n'ai pas pu terminer ce livre n'ayant absolument pas trouvé l'histoire intéressante !

Le sujet m'attirait, avec une période que j'apprécie, en Histoire, mais ici ce sont surtout les années du théâtre et des artistes qui sont traitées, avec quelques belles listes de noms, normalement connus, mais qui m'ont fait un peu l'effet catalogue que je regrette souvent. Comme si ces noms célèbres justifiaient tout, même de les lister ainsi et de montrer leur valeur.

Je suis certainement dure dans mes mots, alors que le style est très bon, et ma menée jusqu'au tiers du livre. Je comprends d’ailleurs aisément pourquoi ce roman a obtenu des prix, mais voilà, la rencontre ne s'est pas faite.

Les premières pages étaient pourtant plaisantes avec l'histoire du père de Bérénice, et l'explication de ce nom, puis, peu à peu, le monde de spectacle a pris le dessus et mon engouement a filé.



Les mots pour : style

Les mots contre : changement de narrateur sans raison apparente, sujet, listes et effet catalogue

Notation :

Style (sur 5) Intrigue (/4) Personnages principaux (/3)
Style  Crédibilité Personnages secondaires (/1)
Narration Action
Description Violence/tendresse Temps et espace (/2)
Sensation générale (/3) Rythme général (/2) Total (/20) 



Bof, un joli texte, mais des listes de noms célèbres et un manque cruel de rythme font de ce livre une petite déception, alors que le sujet de fond semblait intéressant.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)