Iris de Dee L. Aniballe [série]


Chut, ne parlez pas d'eux ! Ils sont si différents. Chut, le Tabou nous protège. Mais qui sont-ils, ces gens aux iris particuliers ? Découvrez tout un univers caché dans la série fantastique de Dee L Aniballe : Iris.


Éditeur: Sudarènes éditions.

Nb de pages : 520

Série : Iris 

Catégorie : Fantastique

Traducteur : /.

Pourquoi ce livre ? 

Ce livre entre dans mon ABC imaginaire 2016
et mon petit challenge perso : lire mes livres dédicacés.


Que savez-vous des cristaux?

C'est une étrange aventure...découvrir que l'un d'eux tissera votre destin. Une simple pierre? Non. Derrière, il y a une ombre qui vous dépasse. Une entité supérieure qui connaît chacune de vos pensées, et dont la puissance insondable devient vôtre. Mais prenez garde...car la frontière entre pouvoir et folie est mince. Un simple pas, et on bascule. On bascule, et après? Après, on ne peut plus revenir...

Liam, 15 ans, bouillonne d'excitation lorsque son grand-père lui remet une Emeraude et lui apprend qu'il est un membre de l'ORGANISATION. Sa vie prend une couleur magique. De nouveaux amis, aussi délurés qu'excentriques, l'embarquent dans un univers bien à eux. Mais qui est Morgan? Si jeune, si sombre...Pourquoi a-t-il des cicatrices partout sur le corps? Il y a cette petite fille aussi, timide, vulnérable, mais qui a l'air de voir des choses que personne d'autre ne peut voir...

Liam ne sait pas qu'il va être lié à des événements qui le dépassent. Qu'il y a des secrets dans sa propre famille. Qu'une créature terrifiante, détenue dans les sous-sols du plus grand complexe scientifique du pays a été libérée. Et qu'elle va venir pour lui...

La série comporte deux tomes publiés et un troisième est prévu :

  1. Le sourire 34
  2. Feuilles volatiles et bulles de cristal
  3.  ??




Elodie Aniballe est née en 1986.

Après des études à l’université de lettres d’Aix-Marseille en langues asiatiques, elle saisit l’opportunité de parfaire sa pratique des langues au sein de la compagnie aérienne Air France. C’est en parallèle de cette vie « en décalée » que l’auteur amorce la rédaction du premier volume d’IRIS : Le sourire 34. Elle puise son inspiration dans l’imaginaire japonais, mêlant la poésie du combat au sabre aux rigueurs d’un monde fantastique et malicieux. L’originalité de son style littéraire réside dans sa capacité à allier la fluidité d’un langage « vrai » et l’onirisme d’un univers magique qui lui est propre.


L'histoire

  •  Un jeune homme découvre, après que son grand père lui ai transmis une pierre, tout un monde aux pouvoirs aussi puissants qu'effrayants se cache et que de très nombreux secrets lui ont été cachés ...

Mon avis

Après de longues et instructives discussions avec Dee sur la fantasy et les univers fantastiques, je comprends pourquoi elle classe ce roman dans cette dernière catégorie.

Si l'on se réfère à la définition du Mooc, par exemple, ce roman ne comporte d'un seul univers et se classe donc en fantastique. Si l'on se base sur une autre définition, et que l'on considère que les événements sont réels dans un univers irréel... nous sommes en fantasy. Bref, difficile de classer ce roman.

Toutefois, il s'y passe une aventure irréelle dans notre univers, notre monde, je pense que nous pouvons couper la poire en deux et le placer en Urban Fantasy qui reste un espace frontière.

Une aventure étonnante.

Cette aventure est innovante et très intéressante. Les minéraux sont une belle idée et leurs pouvoirs naturels -  ou imaginés par les fans - sont ici exacerbés. Chaque pierre donne à son "porteur" des capacités précises, tout un panel de dons et de possibilités.

Les individus sont séparés en deux catégories : ceux de l'Organisation, qui ont donc une pierre et les iris assortis, et les autres, les gens sans dons. Ces derniers se cachent la vérité et une loi a été instaurée : le Tabou, avec des règles strictes, la principale étant le silence... mais oublions les autres, pour l'instant.

Les membres de l'Organisation découvrent normalement leur pierre dans l'enfance. Bien sûr, Dee va mettre quelques bâtons dans les roues de Liam, son héros, et sa pierre sera dévoilée tardivement. Comme il a été élevé par les autres, il devra tout apprendre, les pierres, les lois, les dons, etc.

Des personnages à foison.

Pour ce faire, il pourra compter sur ses amis, un groupe que Liam rencontre dans son lycée. Un groupe d'amis avec chacun sa pierre, ses dons. Toutefois, ce groupe est assorti d'autres membres, par exemple la grande famille de Camille, et là encore, des pierres, des dons... et encore d'autres que je tais volontairement.

C'est là un de mes bémols sur ce roman : le nombre de personnages. J'ai eu un peu de mal à me souvenir qui était qui, les prénoms étant parfois proches (Elias - Elirah).

Sans compter qu'ils ont tous un minéral différent. Ceci dit, ce dernier point revêt peu d'importance, finalement, dans le roman. Car, les pierres sont découvertes par Liam et présentées lors d'une rencontre, mais n'apparaissent plus dans la suite de l'intrigue. Ou peu.

Les deux personnages qui ont eu mon attention, et que j'espère retrouver dans la suite, sont Camille et Morgan.

Liam, bien que héros principal, derrière lequel est racontée la majeure partie de l’histoire, n'a pas su me convaincre totalement. Son charisme s'efface derrière ceux de ses amis.

Un style amusant.

Le style de Dee est agréable à lire, mais encore un peu déstructuré avec des phrases bancales, par moments et quelques répétitions.

Le parti pris d'une mise en page que j'appellerai manga est rigolo. Pour clarifier ce point, certaines expressions ou répliques sont mises en grand dans le livre, comme si le personnage criait réellement ; les paroles d'un personnage précis (chut) sont indiquées en gras et dans une écriture différente.

Tous ces artifices donnent un rythme de lecture rapide, d'autant que les phrases sont courtes et le texte haché de dialogues réguliers.

Le narrateur extérieur tourne autour des personnages, et donne à chacun une réflexion, quelques mots, un instant. Cette forme d'écriture s'axe sur un style prompt à l'action et colle donc parfaitement au livre.

Descriptions et catalogue de minéraux.


L'un de mes regrets est le manque de descriptions intégrées au roman, même si ce premier tome est déjà très long. Les explications, par exemple des minéraux font un petit effet "catalogue". Elles sont pourtant argumentées et placées dans des dialogues mais restent un brin obtus, d’autant qu'elles ne sont jamais revues.

Ces points et un début un peu long, même s'il contient des scènes d'action, éloignent ce roman des coups de cœurs. Car le reste est aguicheur, avec un livre qui noircit au fil des pages, des scènes de combats bien pensée, une intrigue globale agencée sur plusieurs tomes et amorcée avec soin.

Angleterre ?


Le dernier point que j'aborderai est la situation du roman, avec une question : pourquoi l'Angleterre ? Pourquoi pas notre beau pays ?

Cette question est récurrente, lorsque je lis les roman d'auteurs français qui situent leurs livres ailleurs que chez nous. N'y voyez pas de chauvinisme, c'est juste dommage. Les Anglais ne situent pas leurs livres en France, les Américains encore moins... (sauf exception, merci de ne pas les citer)

Ceci dit, je place l'intrigue se déroule en Angleterre, mais rien ne le précise dans le livre... (comme indiqué dans le chapitre deux, mais j'ai zappé l'information en lisant. Merci Dee pour la précision) c'est un pays imaginaire , et ma réflexion se base sur les noms anglophones de l'histoire.


Au final

Les mots pour : Intrigue, idée, scènes d'action, personnages de Camille et Morgan

Les mots contre : répétitions, longueurs du début, petit effet catalogue.

Style : 3.5/5
Intrigue : 3.5/4
Personnages  : 3/4
Écriture : 2 Crédibilité : 1.5
P principal(aux) : 2.5/3
Narration : 1 Action : 1
P secondaires : 0.5/1
Description : 0.75 Violence/Tendresse : 1
Temps et espaces : 1.5/2
Sensation générale : 2.5/3
Rythme général : 1.5/2
Total : 15.5/20

En bref : Un début un peu long et de trop nombreux personnages éloignent ce très bon livre du coup de cœur. L'histoire est prenante, l'univers riche et l'ambiance se noircit au fil des pages. Une belle découverte. 

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)