Contes d'amour de folie et de mort de Horacio Quiroga


Cette femme qui se meurt, nuit après nuit, alors qu'aucun mal ne semble l'atteindre, si ce n'est cette étonnante pâleur. Ces hommes qui disparaissent d'un bateau, en pleine mer...  découvrez les contes de l'amour de la folie et de la mort de Horacio Quiroga



Éditeur : Éditions Métailié (Suites)

Nb de pages : 196

Série : / 

Catégorie : fantastique, contes, nouvelles.

Traducteur : Frédéric Chambert.

Pourquoi ce livre ? 

Ce livre entre dans mon ABC imaginaire 2016 

Dans ces récits solidement construits, l'inquiétante étrangeté de chaque détail, l'horreur toute simple — donc absolue — et le réalisme sont l'aliment d'un fantastique aussi spectaculaire qu'ambigu; fantastique parfois drôle, plausible et cependant opaque comme peuvent l'être la monstruosité de l'enfance, la force tonnante d'un fleuve en crue, l'inclémence de la forêt vierge et des midis tropicaux ou le délire de l'homme, délire de l'amour ou folie de la mort. Avec Quiroga nous retrouvons une des principales sources de cette manière d'écrire Latino-Américaine qui réconcilie l'infernal trio du fantastique, du merveilleux et du réalisme pour atteindre l'onirique à travers le sordide.




Biographie

Horacio Quiroga naît à Salto Oriental en Uruguay en 1878 et se suicide à Buenos Aires en 1937. Il s'installe à San Ignacio en pleine forêt tropicale où il s'essaiera à plusieurs exploitations, dont celle du coton. Fasciné par la forêt, toute son œuvre en porte l'empreinte, celle de la folie et de la violence. Considéré comme le maître de la nouvelle Latino-Américaine, il est l'égal de Maupassant pour le post-naturalisme et celui de Villiers de L'Isle-Adam pour les inventions cruelles. Le chant de la mélancolie de la mort envahit ses récits, d'une beauté exceptionnelle, où perce la vulnérabilité de l'existence.



L'histoire

  • Impossible de raconter en quelques phrases les nombreux contes du recueil, tant ils sont divers et variés. 

Mon avis

Toujours en quête d'auteurs aux noms débutants par des lettres "dites" difficiles, pour l'ABC imaginaire, j'ai découvert ce recueil de nouvelles fantastiques. J'ai donc fait l'acquisition de ce petit livre, pour lequel j'avais trouvé de bons commentaires.

Diversité. 


Le premier constat est la grande diversité des textes réunis dans ce recueil. Ils sont très différents les uns des autres, tant par leur taille que par leur structure, même si l'on retrouve une forme similaire, avec une présentation des lieux, des personnages puis une plongée dans le fantasque, la folie.

Les personnages aussi sont divers avec par moment des animaux à qui l'auteur a donné "la parole" — ils comprennent les humains, mais ne leur parlent pas.

Étude sociale.


Chez les humains, on retrouve une étude sociale derrière les sujets abordés, avec des péons, des maîtres (Mister), des riches et des pauvres. Sans vraiment aborder les sujets relatifs aux conditions de travail, elles paraissent dans les textes et apportent de nombreuses informations sur la vie des personnes de l'époque, sur les tenues vestimentaires, par exemple, sur les salaires des péons... sur la modernité amenée par un gramophone...

La campagne, la ville, les descriptions somptueuses donnent le ton et montre cette société uruguayenne. La sécheresse, présente dans plusieurs récits, s'oppose aux crues dévastatrices. Les champs et cultures, avec le manioc, le maïs qui nécessite plus d'eau... de nombreuses précisions agraires conduisent le lecteur vers un savoir forcément intéressant tout en les posant en second plan, derrière les intrigues souvent noires et pleines de cette folie meurtrière.

Et le fantastique ? 


Ne cherchez pas de vampires, quoi que... ces textes jouent sur l'inexplicable, sur cette folie passagère qui pousse les uns au suicide, les autres a des actes barbares, comme dans le conte la poule égorgée qui ouvre le recueil.

Le surnaturel, toutefois, survient dans quelques textes, comme Les bateaux suicides (un de mes préférés) ou encore L'oreiller de plumes. Dans ces deux nouvelles, l'auteur joue sur l'incompréhension et n'explique la situation fantastique d'en fin de texte, après avoir plongé le lecteur dans une troublante descente vers la mort de ses personnages.

Enfin, tel un sorcier aux potions magiquement mortelles, il nous offre un texte splendide, Le miel sylvestre, où la nature cruelle montre sa suprématie.


Narration en demi-ton.


La diversité se retrouve aussi dans la narration, avec des textes au présent, au passé, avec un narrateur omniscient ou interne.

Cet ensemble varié est donc très divertissant, et le style de l'auteur assez convaincant, même si j'ai trouvé quelques textes un peu abrupts, hachés et avec des parties narratives répétitives.

Les queques touches d'humour, noir, m'ont fait sourire.

Au final

Les mots pour : diversité, étude sociale

Les mots contre : style que m'a paru un peu abrupt sur certains textes

Style : 2.5/5
Intrigue : 2.5/4
Personnages  : 2.5/4
Écriture : 1.5 Crédibilité : 1
P principal(aux) : 2/3
Narration : 1 Action : 1
P secondaires : 0.5/1
Description : 1 Violence/Tendresse : 0.5
Temps et espaces : 1.5/2
Sensation générale : 2/3
Rythme général : 1.5/2
Total : 12.5/20

En bref : un recueil étonnant, plus orienté vers la folie des hommes que vers le fantastique, mais qui amène une étude sociale intéressante. 

2 commentaires :

  1. Mouais me voilà bien dubitative car autant l'idée de contes fantastiques me tentait, autant le côté étude sociale me laisse un peu froide. Je le note pour le Q mais sans conviction du coup.
    Merci pour ton avis

    RépondreSupprimer
  2. Quiroga... un nom que j'avais oublié. .. j'en ai lu il y a longtemps. C'est très littéraire autant que je me souvienne... Je ne me souviens pas ce que j'ai lu de lui...

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)