Le livre d’Eileen, partie 1, Terra Mahurr de Marie-pierre Bardou [série :Dia Linn, tome 1]


Que faire lorsque la mort ronge toute une famille, la disloque et révèle des tensions et des secrets ? Découvrez la troublante histoire d’Eileen dans ce premier tome de la saga Dia Linn : Terra Mahurr, par Marie-Pierre Bardou. 

Éditeur : Hélène Jacob

Nb de pages : 202 — e-pub

Série : Dia Linn 

Catégorie : Roman historique

Traducteur : /.

Challenge : /.

Partenariat : Editions Hélène Jacob 


Irlande, 1845. Dans le comté de Kerry, la vie est rude pour les paysans qui vivent presque exclusivement de la culture de la pomme de terre. Mais la douceur et la beauté sont aussi le lot quotidien des O’Callaghan, attachés à leur clan familial et à la magnificence de leurs terres. Les lacs de Killarney déploient pour eux leur splendeur tranquille, entre criques isolées, monastères dont les ruines cachent des trésors oubliés, forêts denses et tourbières. Les rites religieux, les fêtes, les danses et les trafics en tous genres rythment l’existence d’Eileen et de sa famille, bercée de légendes anciennes et de politique anti-anglaise.

Puis la Grande Famine étend ses ailes noires sur l’île d’Émeraude, apportant la disette, la fièvre jaune, la révolte et la mort à tous les paysans d’Irlande. Eileen a quinze ans. Armée de sa résilience et d’un étrange don hérité de sa grand-mère, il lui faudra trouver un moyen pour sauver le peu qu’il reste de son clan, en naviguant entre les alliés et les ennemis dont les visages ne sont parfois qu’un masque.

Terra Mahurr, « la terre du pays de mon père », est une genèse. Celle de Dia Linn, l’histoire d’une lignée familiale à travers les siècles et les continents. Elle y trouve sa source, dans les brumes et l’âpreté des terres irlandaises, qui forgent des hommes fiers et des femmes conquérantes.

La série — tome suivant



Ce livre est le premier roman en partenariat 
Je les remercie de la confiance accordée. 



L’histoire

  •  La vie d’une jeune irlandaise, lors de la grande famine de 1847. 

Mon avis

Le résumé m’a plu, lorsque j’ai eu à sélectionner trois romans sur le site des Editions Hélène Jacob, dans le but d’un partenariat entre cette maison d’édition et mon blog. De plus, les commentaires semblaient unanimes, avec des avis pointant la qualité des recherches et apports historiques, ce qui ne pouvait que me plaire.

La petite histoire.


Dès les premiers mots, la petite histoire prend le pas sur la grande et donne le ton. Ce livre sera triste, car il conte une période sombre et cruelle : une famine assassine.

L’héroïne, jeune demoiselle de douze ans, voit ses proches mourir les uns après les autres de la fièvre de faim. Au-delà du drame, Marie-Pierre Bardou a repris les causes de cette situation et romancé une affreuse réalité, des milliers de morts et tracé à travers ses mots les destins de ces pauvres agriculteurs. Que ce soit les fermages, les travaux des routes destinés à subvenir aux besoins des familles, le conflit religieux entre protestant et catholique... l’auteure amène les éléments dans son texte, les justifie par une intrigue familiale.

Cette petite histoire, donne le ton et pousse le lecteur à découvrir les faits réels sans tomber dans une lecture passive. Même si l’action tourne autour des morts, de la faim, quelques rayons de soleil illuminent les vies de ces personnages, le temps d’un été...

Un style et des références.


Le style de l’auteur, fluide et documenté, permet une lecture rapide. Certes, cela reste très classique, sans effets de style, mais c’est agréable. Je dénote quelques (rares) répétitions, et deux ou trois passages un peu confus, mais je suis tatillon.

Les descriptions sont assez détaillées et apportent des connaissances sur le mode de vie au XIXe, en Irlande. Les us et coutumes, les maisons en tourbes, les habitudes alimentaires, et même les enterrements avec parfois une pointe d’humour, une volonté d’alléger un fond sombre.

Le type de narration choisi, centré sur Eileen, ne permet pas d’accéder aux sentiments des autres personnages, ce sera mon seul regret, mais c’est parce que j’ai vraiment apprécié cette intrigue et que j’aurais aimé en savoir plus.

Tout au long du texte, des annotations approfondissent les informations et traduisent les mots en gaélique que Marie-Pierre Bardou a glissés dans sa narration. Par exemple la signification du titre Dia Linn ! : Que Dieu vous bénisse.

Eileen.


Ce personnage, troublant et riche d’un charisme fabuleux, porte l’intrigue. Cette jeune fille au caractère fort, intelligente et éduquée dans une contrée où peu l’étaient, va parvenir à survivre aux aléas nombreux semés sur sa route, sa destinée.

Un brin de fantastique, très léger, mais largement suffisant, lui confère une belle aura. C’est un des points forts du roman, et l’auteure a su éviter l’écueil de la facilité, du manichéisme, même si la fin peut paraître un peu plus rose. Je ne trahis pas l’intrigue, ce tome est le premier... d’une série (à l’intérieur de la série) portant le nom du personnage.

Prologue et épilogue ? 


Ce qui m’a le plus turlupiné, ce sont les deux chapitres qui entourent l’histoire d’Eileen : le prologue et l’épilogue ! Ils sont sûrement en rapport avec la série et donnent des informations, notamment l’épilogue, sur un devenir, mais... il m’a manqué le lien entre ces différentes parties.  Bon, comme je lirai la suite, je pense que j'obtiendrai des réponses.


Au final

Les mots pour : recherches, apports historiques, personnage,

Les mots contre : /

Style : 4/5
Intrigue : 3.5/4
Personnages  : 3/4
Écriture : 2 Crédibilité : 2
P principal(aux) : 2.5/3
Narration : 1 Action : .75
P secondaires : 0.5/1
Description : 1 Violence/Tendresse : .75
Temps et espaces : 2/2
Sensation générale : 2.5/3
Rythme général : 1.5/2
Total : 16.5/20

En bref : un premier roman agréable, malgré un sujet sombre et dramatique. Un personnage principal charismatique, un fond historique référencé, des apports sur les us et coutumes m'ont permis de découvrir tout un pan de l'histoire de l'Irlande, avec en prime une intrigue bien dosée. 

1 commentaires :

  1. Hi, je suis bien d'accord avec toi, j'ai rien compris au prologue et à l'épilogue même si la suite permet un peu de le comprendre, j'ai hâte de lire les autres tomes :) Et bienvenue dans la communauté des blogueuses EHJ

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)