Dette d'os de Terry Goodkind [série : L'Épée de vérité]


Vous voulez apprendre comment Zedd a séparé les mondes ? lisez cette préquelle de la série l'épée de Vérité par Terry Goodkind.


Éditeur : Éditions Bragelonne

Nb de pages : 117

Série : L'épée de vérité

Traducteur : Jean Claude Mallé.

***
Catégorie : Fantasy

***
Partenariat : / 

Challenge : ABC imaginaire.


Il y a très longtemps, avant la création de la frontière, la guerre faisait rage entre D'Hara et les Contrées du Milieu. Dans ce climat inquiétant, une jeune femme se rendit dans la cité d'Aydindril pour obtenir une audience avec le Premier Sorcier. Elle s'appelait Abby et venait lui demander de sauver les habitants de son village. II s'appelait Zeddicus Zu'l Zorander et sa lutte contre la dangereuse magie de Panis Rahl allait prendre un nouveau tournant...



Cette préquelle à L'Épée de Vérité est une édition à tirage limité et comprend une introduction de l'auteur et des illustrations de Keith Parkinson, l'artiste dont les magnifiques peintures ornent les couvertures de toute la série.

L'histoire

  •  Cette courte histoire est la préquelle de la série et raconte notamment la création du mur séparant les différentes parties du monde au début de la saga. 

Mon avis

Quel bonheur de retrouver ces personnages et cette plume ! J'ai lu ce tout petit roman (novella ?) en très peu de temps, tellement j'étais happée par le style pratiquement parfait de l'auteur et par ce récit, antérieur à la saga.


Quand la lire ? 


Comme pour toutes les préquelles, il ne faut absolument pas lire cette histoire avant d'avoir parcouru quelques romans, ou tout au moins le premier tome, La Première Leçon du sorcier.

Charisme des personnages.


Le point fort de cette préquelle, outre les apports historiques sur la construction du mur, est évidemment le charisme des personnages, notamment Zedd.

C'est l'un de mes personnages préférés dans cette longue saga et le retrouver ici, plus jeune, m'a amusé.

D'ailleurs, ce texte reprend les rôles principaux, avec l'Inquisitrice, les Mord'siths, le Seigneur de D'Hara... et j'avoue que ces rappels m'ont vraiment donné le sentiment de les avoir laissé hier, d'avoir terminé la première série depuis peu de temps. C'est incroyable comme les éléments majeurs de ces romans (onze !) peuvent être présents en ma mémoire. Cela prouve une très grande qualité.

Description, malgré tout. 


Même si l'ensemble paraît court, Terry Goodkind ne fait pas l'impasse sur les belles descriptions dont il a le secret. Les lieux, les personnages, les sentiments, tout est dépeint avec brio, et même si l'action prime. L'auteur prend le temps de donner de nombreuses informations sur les décors du palais, sur la maison d'Abby, sur la tenue rouge des Mord'siths.

Bref, une mine d'information, comme dans les romans, qui permettent de visualiser avec précision l'univers dans lequel il nous embarque.

Ben, personnellement, j'aurais aimé quelques pages de plus, mais je lirai les tomes de la deuxième série !


Au final

Les mots pour : style, description, personnages

Les mots contre : trop court ?

Style : 4.5/5
Intrigue : 4/4
Personnages  : 4/4
Écriture : 2.5 Crédibilité : 2
P principal(aux) : 3/3
Narration : 1 Action : 1
P secondaires : 1/1
Description : 1 Violence/Tendresse :1
Temps et espaces : 2/2
Sensation générale : 2.5/3
Rythme général : 2/2
Total : 19/20

En bref : Un véritable coup de cœur pour cette préquelle qui reprend les principaux codes de la série et éclaire sur le Mur, construction magique du grand Zedd ! 

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)