Darkwood de Andréa Deslacs (2016)


Que cache la forêt d'Heaven ?  et pourquoi un homme apprécié de tous a-t-il été sauvagement trucidé ? Suivez l'enquête de l'inspecteur Overlake dans ce premier tome de la série Heaven Forest d'Andréa Deslacs : Darkwood. 

Éditeur : Éditions Hydralune

Nb de pages : 244

Série : Heaven Forest (tome 1)
 
Traducteur : /.
***
Catégorie : Fantasy Darck

***
Partenariat : direct auteur 

Challenge : /.


Dans une Grande-Bretagne de la fin XIXe, l’exploitation d’un combustible issu d’une forêt fossile révolutionne le monde au prix d’un nombre croissant de mutations parmi les habitants.
Lorsque l’inspecteur Overlake est appelé pour enquêter sur l’assassinat d’un botaniste sans histoire, il est loin d’imaginer que son monde risque en quelques jours de devenir tout autre.

Premier tome de la série. Tome 2


Biographie

Andréa Deslacs est illustratrice et résidente de l’Association des Plumes de l’Imaginaire. Elle est aussi parfois nouvelliste sur le fanzine d’écriture, Etherval édité par l’association.

Elle a fait ses premières armes à l’université en passant une thèse à la fois littéraire et scientifique sur la vision des évolutions de la médecine par les auteurs de science-fiction.

Passionnée de littérature de l’imaginaire, elle est tombée sur son premier livre de SFFF à l’adolescence.

Son site.

L’histoire

  • Le nouvel inspecteur Overlake découvre un corps démembré dès son arrivée en ville... 

Mon avis

J’ai eu la chance de rencontrer l’auteur à plusieurs reprises et elle m’a confié, en septembre dernier son dernier roman. Je ne connaissais ni le sujet ni le résumé au moment de lire les premiers mots ce qui est très agréable.

Dark fantasy


L’ambiance, dans les premières pages, est orientée vers un petit côté vieille Angleterre, à la limite du steampunck avec ce train qui file (ou pas) à travers l’île. Les descriptions et les informations relatives au personnage principal sont liées dans une mise en place riche. Et déjà, les mots et le style travaillé m’ont embarqué et fait tourner les pages (de la liseuse).

Néanmoins, je ne m’attendais à rien, puisque, comme indiqué ci-dessus, je n’avais pas lu le résumé. Aussi lorsque le deuxième chapitre m’a confronté à un corps en cours de démembrement, j’ai frémi. Sauf que le ton, le style et les teintes choisies par Andréa Deslacs m’ont guidé vers une lecture, certes un peu gore, mais facilité et sans trop de nausées. Un juste milieu appréciable.

L’ambiance globale, avec ce pays uchronique et cette civilisation pleine de mystère, est porteuse. Tout un pan de la société s’articule autour d’une économie fructueuse, mais dangereuse et on saisit au fil des pages que certains personnages ont développé des qualités particulières et troublantes.

Un flic intuitif. 


Si la mort est violente, l’enquête est menée avec délicatesse. Overlake, le nouvel inspecteur de la ville, joue sur ses intuitions et sur une mémoire visuelle qui lui permet de se souvenir de détails importants.

J’ai beaucoup apprécié ce personnage. J’espère le retrouver dans la suite. Doux, précis, intelligent, mais malmené par l’environnement qu’il ne maîtrise pas, ayant grandi loin de ces contrées aux mœurs particulières, il doit apprendre les coutumes et subit les regards de ces collègues.

J’avoue qu’un livre entier sur sa personne ne m’aurait pas déplu, il cache des talents qui émergeront sûrement dans les prochains (combien ?) tomes.

Alternance narrative. 


Car, l’auteure a joué sur une narration en alternance, et focalise son regard sur les différents acteurs du livre. Ainsi, chaque chapitre s’axe sur un personnage et donne son point de vue de l’histoire à un moment clé. Comme l’ensemble reste chronologique, le lecteur devient spectateur de scène que les autres protagonistes ne connaissent pas, et donc d’infirmations primordiales à la compréhension de l’intrigue.

Cette façon d’écrire m’a enchanté, car elle m’a permis de mesurer les pesées de chaque personnage, d’accéder à son passé, ses envies, ses sentiments...

Des caractères forts. 

D’autant que les personnages, loin d’être caricaturaux, sont très charismatiques. La palme revient à l’épouse de la victime. Forte, belle et cachottière, elle fait vibrer le lecteur et l’entraîne dans son sillage sur une route dangereuse.


Première partie et petit bémol.


Mon seul bémol concernant ce livre concernera la fin. Certes, c’est un cliffhanger de folie, mais il m’a laissé sur la sensation d’une coupure abrupte. Comme s’il manquait une véritable fin de tome. Du coup, effectivement, l’envie de lire la suite me tient, ne serait-ce que pour découvrir le devenir de...

Au final

Les mots pour : style, ambiance. uchronie, économie, personnages

Les mots contre : fin abrupte,

Style : 3,5/5
Intrigue : 3,5/4
Personnages  : 3/4
Écriture : 1.5 Crédibilité : 1.5
P principal(aux) : 2/3
Narration : 1 Action : 1
P secondaires : 1/1
Description : 1 Violence/Tendresse :1
Temps et espaces : 2/2
Sensation générale : 2.5/3
Rythme général : 2/2
Total : 16.5/20

En bref : Une première partie de série très intrigante, avec un univers riche et des personnages convaincants. De la Dark Fantasy qui a su me plaire. 

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)