Mort d'un sombre seigneur de Laurell K Hamilton

Il fallait rester sur ses gardes, avec toutes ces maléfiques créatures du Kartakass, attirées par la bonté comme des phalènes par la flamme, où elles se brûleraient inévitablement les ailes.
(P133)

L'auteur


Laurell Kaye Hamilton est née aux Etats Unis en 1963.

Auteur de nombreux romans, elle crée le personnage d’Anita Blake en 1993 donnant un souffle nouveau à la littérature Fantasy et devenant une des principale instigatrice d'un genre particulier : la bit-lit.

Le livre présenté ce jour, est un livre sur commande se référent à l'univers de Ravenloft.


Résumé officiel

Dans un monde où la sorcellerie est redoutée plus que tout, une jeune fille découvre qu'elle a d'étranges pouvoirs magiques. Mais peut-elle se fier à son propre don alors que tout est corrompu ? 

Un mot sur Ravenloft

Pour bien saisir ce livre, il faut le replacer dans son univers. Personnellement, je connaissais le monde des Donjons et Dragons, je n'ai donc pas eu de mal à m'y retrouver. Mais voici quelques petites informations qui peuvent s'avérer utiles. 

Ravenloft est un monde imaginaire de Dark fantasy créé en 1983, servant de décor de campagne pour le jeu de rôle Donjons & Dragons.

Kartakass est l'une des Terres principales (ou Domaines). Elle semble douée d'une vie propre et déteste la magie... peut "corrompre les meilleurs des hommes" (P5)

Les Sombres Seigneurs sont liés aux Domaines qu'ils contrôlent et sont des prisonniers sur leurs propres Terres, condamnés à régner le plus souvent sur ce qui a causé leur propre déchéance. Éternellement damnés par des puissances dont nul ne sait rien. La malédiction et la tentation sont deux composantes essentielles de Ravenloft, comme elles le sont pour la littérature gothique. La mort d'un Sombre Seigneur, s'il n'est pas remplacé, provoque l'absorption du domaine par ses voisins ou sa disparition dans les brumes, avec sa population... 

13 livres ont été publiés en France sur cet univers, dont celui de Laurell K Hamilton (1995), mais aussi , Le Chevalier de la Rose Noire de James Lowder considéré comme un classique de Dark Fantasy, ou encore Le vampire des Brumes de Christie Golden.

L'histoire

Ce ne sont pas une mes trois histoires que nous narre ce livre. Trois histoires qui se mêlent, avec des personnages qui se rencontrent et dont le parcours sera bien sûr lié à la fin. 

La première des histoires est celle de Calum Maîtrechant et de son "ami" Harkon Lukas, tous deux bardes du Kartakass. Vieillissant et étant liés au Domaine de Kartakass qu'ils ne peuvent quitter (Calum étant le Sombre Sorcier ?) ils vont tenter une drôle d'expérience...

La deuxième histoire est celle de Elaine et Blaine Cairn, des jumeaux blondinet qui vont se retrouver confrontés à la magie... puisque la demoiselle est une sorcière refoulée qui va devoir rapidement apprendre à maitriser ses dons, dans un pays connu pour une particularité : la magie y est irrégulière et à tendance à œuvrer pour son propre compte. 

La troisième histoire est celle de Jonathan Ambroise, chasseur de mages (travaillant pour un société secrète...)  et de son épouse Tereza. Ils ont adoptés les deux jumeaux dans leur enfance, et Jonathan se retrouve confronté à un dur dilemme : comment accepter que Elaine soit une magicienne ? entre amour et haine...

Les personnages ne sont pas vraiment fouillés. L'auteure considère que nous connaissons les caractéristiques de chacun, de par leur appartenance à un univers très spécifique. Par conséquent, elle ne développe pas, ne donne comme détails que leur "métier" ce qui peut être assez frustrant si l'on n'a jamais lancé de dès de ce jeu ! J'avoue que j'ai du faire appel à ma mémoire pour retrouver les caractéristiques des Paladins, des Bardes... dommage, d'autant que le bouquin fait 282 pages... quelques mots sur chacun ne l'aurait pas surchargé. Mais, ce n'est pas primordial à la compréhension. Pour certains personnages secondaire, c'est même largement suffisant.

Toujours sur les personnages, Laurell K Hamilton se contente d'un strict minimum sur le plan des sentiments. Elle évoque le conflit psychologique de Jonathan à de nombreuses reprises mais sans l'approfondir. On sent bien sa peine, ses remords, on comprend son trouble face à une acceptation qui remet en cause le fondement de sa vie et les nombreuses années passée à tuer justement les mages. Jonathan restera impartial jusqu'au bout, ce qui est à noter. L'auteur ne donne pas dans le fleur bleue avec des grandes effusions romanesques. Elle campe des êtres bruts au caractères forts et leur conserve cette droiture jusqu'au bout. Pour Elaine, elle touche du doigt les questionnements d'une jeune femme qui hésite à apprendre la magie sachant que son père la renie, mais là non plus Laurell K Hamilton ne pousse pas plus loin dans les doutes de la demoiselle. Bon certes, ce n'est pas le but du livre qui est avant tout une aventure, mais du coup, les personnages manquent un peu de profondeur.

Ces personnages (et quelques autres dont je vous ferais grâce) sont mis par l'auteure au cœur d'une intrigue : le Village de Cortton, au cœur du pays de Kartakass est assailli par une meute de Mort-vivants. Jonathan et son équipe vont s'y rendre pour anéantir cette horde sauvage. L'épopée est bien menée, riche de combats sanglants dignes de la Dark Fantasy du milieu de Ravenloft avec une pléiade de  zombies et autres montres, et même quelques loup-garou, et le suspens est bien tenu, avec un rebondissement final approprié. 

Une bonne intrigue, bien sombre, des combats bien décrits et un manque de manichéisme sont les points positifs de ce livre. J'ai beaucoup aimé les descriptions noires des Mort-vivants, l'idée générale avec une machination machiavélique, un faut "méchant" que tout accuse alors que le véritable coupable jouit d'une sorte d'impunité. Sans oublier une charmante petite romance qui donne un peu de souffle et de "rose" à un livre somme toute bien sombre.

Quand à la fin, je pense que beaucoup vont la trouver vraiment pas sympathique... au point de ranger ce livre dans les déceptions ! C'est pourtant pour moi un des plus du livre dans le sens où Laurell K Hamilton a évité l'écueil de la gentille fin où tout le monde est content !

Bref, un livre qui a de bons points mais grandement balancés par quelques lacunes.

Le style

C'est l'un des points faibles de ce bouquin ! autant j'ai apprécié le style de l'auteure dans la série Anita Blake, bien que je ne sois pas devenue fan de son écriture, autant dans ce livre, j'ai eu la sensation que les mots avaient étés lâchés les uns derrière les autres parfois sans liens apparents ! C'est frustrant. Ce qui m'a le plus dérouté, c'est les changements de sujet au beau milieu d'un paragraphe. 

Sinon, les descriptions sont peu détaillées mais de grands paragraphes couperaient l'action. Toutefois, je pense qu'un minimum d'explications sur l'univers de Kartakass donnerait une histoire plus aisée à lire pour les néophytes...  Le rythme est soutenu, les combats vivants (et mortels). 

La narration est extérieure et suit principalement les trois acteurs majeurs de l'histoire avec quelques appartés sur les autres. Je ne reviens pas sur les personnages, qui sont malheureusement pas assez détaillés à mon gout. 

Enfin, le temps est linéaire, avec un bond à la fin.

Au final


Un avis mitigé tirant sur du positif, comme vous pouvez le constater. J'ai aimé l'intrigue, mais je reste dubitative pour le traitement des acteurs de cette histoire.




Livre lu dans le cadre d'une Lc sur Livr@ddict avec : Basset, Frankie, Karline, Kristus, Melisende, Shaya, Thalia 

Livre lu dans le cadre du challenge 26 livres - 26 auteurs  et du challenge ABC-fantasy 2010

8 commentaires :

  1. Merci d'avoir éclairé ma lanterne sur Ravenloft ! Mais je ne sais toujours pas qui est le sombre seigneur du livre. Je pense que l'auteur s'est fourvoyée en voulant écrire 3 histoires en moins de 300 pages. Du coup, elle n'en développe aucune et on reste sur notre faim. La fin ne me déçoit pas, je trouve juste qu'on est laissé en plan ! Mais je n'ai pas trouvé ce livre désagréable à lire non plus.

    RépondreSupprimer
  2. heureuse de voir que tu as plus apprécié que moi, effectivement si tu as déjà certaine base cela doit aider, je te rejoins quand au style de l'auteur, moi qui aime beaucoup hamilton je n'ai absolument pas apprécier le style dans ce livre, je pense que la fantasy ne lui convient pas vraiment...
    domage :)

    RépondreSupprimer
  3. Avec plaisir... C'est vrai que trois histoire en moins de 300 pages c'était peut-être de trop dans ce cas. Et je suis contente que tu ne sois pas déçue par la fin. Quand au seigneur, j'aurais dit Calum... mais avec le recul, à présent je pense que c'est Harkon ! Il ne peut pas quitter le Kartakass même en ayant changé de corps !

    Biz

    RépondreSupprimer
  4. @ basset : Je pense effectivement que de connaitre cet univers aide énormément. Et d'ailleurs, je en suis pas sure que d'apprécier l'auteur sur une autre série soit un avantage... un peu comme dans le phénomène du SDA où les fan des films ne se retrouvent pas dans les livres. ici, les fans de LK Hamilton ne se retrouvent pas...

    Biz

    RépondreSupprimer
  5. Je pense aussi que connaître un minimum l'univers est un plus. Dommage que ce ne soit pas précisé plus clairement sur la couverture ou à l'intérieur, parce qu'à mon avis, on est un paquet à se faire avoir !

    Je suis contente de lire tes positifs, je les comprends ; mais dommage que je ne les ai pas ressentis !

    Je n'aimais déjà pas trop Hamilton mais là... bof bof !
    Mais je ne suis pas contre l'idée de découvrir un autre titre de cet univers, écrit par un autre auteur. ^^

    Merci d'avoir participé ! :)

    RépondreSupprimer
  6. @ Melissende : en fait, lorsque ce livre est sorti sous l'édition Ravenloft (présentée dans l'article), il a dû poser moins de soucis de compréhension ! Ce ne sont que des gens connaissant cet univers qui l'ont alors lu...

    Mais les éditions Milady ont volontairement zappé toutes les infos relatives à cet univers, jouant sur le nom de l'auteur uniquement.

    Si tu veux lire autre chose sur l'univers Ravenloft, il parait que Le Chevalier de la Rose Noire de James Lowder est très bien. Par contre c'est de la Dark Fantasy !

    Biz, nanet

    RépondreSupprimer
  7. Je vois que tu es aussi une fine connaisseuse de l'univers Ravenloft ^^

    RépondreSupprimer
  8. Fine connaisseuse peut-être pas, mais j'avais l'avantage de savoir de quoi parlait l'auteur ^^

    Merci d'être passé, biz

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)