Baby-foot de Joseph Joffo

" Les yeux ouverts dans le noir, je me dis que les échecs s'accumulent. Le trafic, la boxe, l'amour et les chemins de la gloire sont encore bien loin. Le certif, lui, est beaucoup plus près... Je me demande si je ne vais pas devoir réenvisager mes positons... 
Qui vivra verra. "
(P164)



L'auteur
Joseph Joffo est né à Paris en 1931.

Coiffeur comme son père, cet auteur a suivit l'école jusqu'au Certificat d'étude, et se targue de dire que c'est bien suffisant.


Son recours à des nègres littéraires chargés de réécrire ses romans (parmi lesquels Claude Klotz - Cauvin - pour un sac de billes) est désormais de notoriété publique. Joseph Joffo « écrit tout lui-même sur de grands cahiers à spirale à petits carreaux sans laisser aucune marge. 150 pages bien serrées, bourrées de fautes », avant de les donner à remanier.

Ces livres sont toujours fortement autobiographiques. 
Résumé officiel

Baby-Foot est la suite d'Un sac de billes, le roman du petit Jo, devenu adolescent, dans le Paris et la France de la Libération.
Une époque étrange pour un jeune garçon, où se mêlent la joie de la liberté retrouvée, le temps du marché noir et des trafics en tous genres, la découverte du Nouveau Monde et des Américains, l'anxiété d'avoir le certificat d'études à passer. Baby-Foot est un livre étourdissant de vie où se côtoient émotion, drôlerie, espièglerie et débrouillardise, un livre bien dans la lignée de ce succès mondial qu'est Un sac de billes. 

 
L'histoire

Lorsque le livre Un sac de billes se termine, nous voyons Jo rentrer à Paris après plusieurs mois d'exil. On comprend rapidement, dans les premières pages de Baby-foot, que son père, lui, n'est jamais rentré. Et Jo va devoir apprendre à vivre avec cette absence. Ne vous méprenez pas, il ne s'agit pas là d'une autre histoire sur la perte d'un proche, non, Joseph Joffo a vécu cela et nous donne juste une description de ce que peut être la vie d'une garçon de quatorze ans, après la guerre, avec un père qui ne rentrera pas. Pas de sentimentalisme. Pas de pleurs inutiles. Pas de révolte contre ces hommes qui lui ont pris son père. Juste la vie. Juste les espoirs d'un enfant. Jusque dans un mensonge fait à un professeur, mais qui pèse trop, finalement, car au fond de lui, il sait que son père est parti pour toujours.

Ce livre est bien différent du premier. Joseph Joffo nous relate ici son adolescence, ses rêves, et l'on sent que cette histoire, son retour à la vie en quelque sorte est écrite avec tout autant de passion. L'histoire est plus courte, les évènements moins grandioses, mais le ressenti est toujours aussi impressionnant. La sensation d'être là, de voir au travers ses descriptions simples, ce qu'ont pu être ces années de pénuries, de restrictions. Voir aussi l'espoir en ces Etats-Unis d’Amérique, et la déception en comprenant que finalement les amerloques sont des hommes comme les autres, qui n'ont pas forcément de grandes baraques, comme celles des films...

Joffo nous parle crument de la vie de tous les jours. Les pauvres repas, les trafics en tout genre - bien moins faciles que dans Un sac de billes - et les parties de Baby-foot ! Les copains, aussi et les premiers émois amoureux. La Boxe aussi.

J'ai beaucoup aimé ce petit bouquin, même si je lui préfère grandement Un sac de Billes. Pourtant, j'ai senti en le lisant qu'il était plus proche de la "réalité", alors que le premier est plus fictif...

Le style

Comme pour Un sac de billes ce livre a subit une correction de la part de Claude Klotz, et l'auteur a la sagesse de ne pas se cacher. Surtout que l'on sait, de part le livre qu'il a un niveau scolaire assez "bas"... Cela n’empêche qu'il a un vrai talent de conteur et sait nous emporter par ses mots simples, ses histoires de la vie, ses sourires, ses coups de cœurs.


Le Jo que nous rencontrons dans cette nouvelle histoire est tout aussi attachant, et ses amis sont troublants par l'amitié qu'il leur porte, plus de trente ans après ! Le livre est sorti en 1977, alors que les faits datent des années 45...


Les descriptions des lieux, essentiellement les rues pentues de Paris sont sympathiques. J'ai beaucoup aimé la scène de la charrette dans la neige, qui donne un réel aperçu de la difficulté rencontre par ces jeunes hommes. La charrette, plus lourde qu'eux, emportée par son poids, ses roues glissant sur la neige. Un grand moment... et un joli sourire pour moi.


D'ailleurs, il y a beaucoup d'humour dans ce livre. Beaucoup d’auto-dérision aussi, puisque Joseph Joffo a choisi de se moquer avant tout de cet adolescent qu'il était... avant de se moquer des autres personages. Mais de l'amour aussi, pour sa mère, ses frères même si on sent la rébellion du jeune homme face à ses grands frères qui le "gouvernent". Et puis pour ce père...


Le temps est assez court, comparé au premier livre, puisque nous suivons les exploits de Jo sur une année, celle du Certificat d'études... celle de la révolte, celle de l'adolescence.


Au final 


Merci beaucoup à J de m'avoir prêté ce livre, et fait découvrir la suite des aventures de Jo. C'est un livre frais et qui se lit si aisément. 

5 commentaires :

  1. Jene savais pas qu'il y avait une suite à Un sac de billes que j'avais adoré ! Ca me donne nevie de me replonger dedans et de lire la suite !

    RépondreSupprimer
  2. Cette suite d'"Un sac de billes" me tente bien!

    RépondreSupprimer
  3. @ véro : il y a encore un autre livre dans la "série" bien que ce ne soit pas vraiment une série mais plutôt la vie romancée de l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. à laeti : je ne le savais pas non plus avant que J ne m'en parle... il est fan ^^

    Biz

    RépondreSupprimer
  5. à laeti : je ne le savais pas non plus avant que J ne m'en parle... il est fan ^^

    Biz

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)